Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Mise en examen de la mère du nourrisson retrouvé mort au pied d'un immeuble à Cappelle-la-Grande, près de Dunkerque

mardi 7 novembre 2017 à 8:28 - Mis à jour le mardi 7 novembre 2017 à 12:26 Par Odile Senellart et Cécile Bidault, France Bleu Nord et France Bleu

L'autopsie réalisée lundi a montré que le nourrisson trouvé au pied d'un immeuble à Cappelle-la-Grande, à côté de Dunkerque, n'était pas mort-né. Sa mort a été causée par une chute depuis le premier étage. La mère, une étudiante de 21 ans, est mise en examen et incarcérée.

Google Street View (capture d'écran)
Google Street View (capture d'écran)

Cappelle-la-Grande, France

Contrairement à ce qu'a indiqué la jeune mère aux enquêteurs, son enfant n'était pas mort-né. C'est ce que montre l'autopsie réalisée lundi sur le petit corps. Selon le procureur de la République de Dunkerque ce lundi, la mort du bébé est due à une chute du premier étage.

La jeune femme de 21 ans, étudiante en droit à Lille, a accouché seule dans sa chambre, chez ses parents à Cappelle-la-Grande, près de Dunkerque. Elle avait expliqué lors de ses auditions qu'elle avait jeté le corps par la fenêtre de sa chambre lorsqu'elle avait entendu son père venir. C'est un passant qui a découvert le petit corps au pied de l'immeuble dans la nuit de samedi à dimanche. Elle a été mise en examen pour meurtre sur mineur de moins de 15 ans, et placée en détention provisoire.

Le père était au courant de la grossesse

La jeune femme avait également indiqué que le père du bébé vivait au Canada et qu'il n'était pas au courant de sa grossesse. Mais selon le procureur de Dunkerque, les échanges de messages retrouvés sur les smartphones et ordinateurs montrent que le père avait bien été mis au courant et qu'un avortement avait été évoqué. Il a été identifié, et sera entendu prochainement par les enquêteurs. Des tests ADN vont être effectués. La thèse du déni de grossesse semble donc s'écarter.