Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Car en feu dans un tunnel suisse : le chauffeur inculpé par la justice du canton du Jura

mardi 9 octobre 2018 à 19:18 Par France Bleu Belfort-Montbéliard, France Bleu Belfort-Montbéliard

Le 4 octobre, un car transportant une cinquantaine d'étudiants de l'école d'art Jacquot de Belfort prenait feu dans le tunnel de Montaigre en Suisse. Le chauffeur français du véhicule a été inculpé ce mardi par la justice suisse. Il y aurait eu un dégagement de fumée bien avant le tunnel.

L'incendie du car s'est produit dans le tunnel de Montaigre en Suisse.
L'incendie du car s'est produit dans le tunnel de Montaigre en Suisse. - Capture d'écran Google Maps

Franche-Comté, France

La justice suisse se demande si le chauffeur du car qui avait pris feu, le 4 octobre, dans le tunnel de Montaigre dans le canton du Jura n'a pas fait preuve de négligence. Selon le communiqué de la procureure, cet homme est prévenu "d'infractions à la loi sur la circulation routière, d'exposition, d'entrave à la circulation publique et éventuellement d'incendie par négligence". Le véhicule transportait 53 personnes, des étudiants de l'école d'art Gérard Jacot de Belfort. Il y avait eu trois blessés légers.

Des appels de phares et des klaxons pour prévenir le chauffeur

Selon l'appel à témoins lancé par les enquêteurs et des témoignages recueillis sur les réseaux sociaux, il y aurait eu un dégagement de fumée bien avant l'entrée du tunnel. Comme le détaille RFJ, des automobilistes auraient tenté d'alerter le chauffeur par des appels de phares et de coups de klaxons, sans qu'il réagisse. 

Les enquêteurs exploitent les images de vidéosurveillance du tunnel. Ils vont aussi expertiser le car, réduit à l'état de carcasse. La procureure, Frédérique Comte, explique qu'elle va aussi "s'intéresser à l'entretien du véhicule" et donc à l'entreprise propriétaire du car, immatriculé en France.