Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Caricatures de Mahomet : "On a reçu des menaces de mort" témoigne le président de la Nouvelle République

-
Par , France Bleu Poitou, France Bleu

Dimanche 18 octobre, la Nouvelle République a publié en Une des caricatures de Mahomet, déjà publiées par Charlie Hebdo en 2006. Message de soutien après l'attentat de Conflans-Sainte-Honorine. Mais depuis, le journal a reçu des menaces et a porté plainte, dénonce le président de la NR ce jeudi.

Pour répondre à l'attentat contre un professeur d'histoire dans les Yvelines, la Nouvelle République publie en Une cette caricature imaginée par Charlie Hebdo
Pour répondre à l'attentat contre un professeur d'histoire dans les Yvelines, la Nouvelle République publie en Une cette caricature imaginée par Charlie Hebdo © Radio France - Elodie Rabelle

"Les réactions ont été largement positives, mais évidemment les mêmes personnes qui depuis longtemps pourrissent les réseaux sociaux ont continué", explique sur France Bleu ce jeudi 22 octobre, Olivier Saint-Cricq, le président du groupe de presse du Poitou et de la région Centre NR-CO. "Nous reçu des menaces de mort avec des images morbides, avec des gens pendus", détaille-t-il. Dans la foulée, deux plaintes ont donc été déposées par les dirigeants du journal : une à Tours et une dans l'Indre. 

Avant la publication de dimanche, la Nouvelle République a prévenu la police et la préfecture de l'Indre-et-Loire, où est basé son siège. "Nous savons que ce dossier est sensible, si je puis dire. Il est préférable de protéger à la fois le journal et les gens qui y travaillent".  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess