Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : 78 départements désormais en vigilance orange
Faits divers – Justice

Carlos Ghosn, ex-patron de Renault, de nouveau inculpé au Japon

-
Par , France Bleu

Carlos Ghosn a de nouveau été inculpé ce lundi au Japon, pour abus de confiance aggravé. Il a aussitôt déposé une demande de libération sous caution. C'est la quatrième mise en examen pour l'ex-patron de Renault.

Carlos Ghosn le 8 mars dernier, avant sa nouvelle arrestation.
Carlos Ghosn le 8 mars dernier, avant sa nouvelle arrestation. © Maxppp -

Le tribunal de Tokyo a confirmé lundi que Carlos Ghosn était de nouveau inculpé, pour la quatrième fois. Une mise en examen qui porte sur des faits d'abus de confiance aggravé. Cette décision à l'issue de sa garde à vue déclenche une nouvelle période de détention provisoire pour l'ex-patron de Renault-Nissan.

Nouvelle demande de libération sous caution

Carlos Ghosn a immédiatement déposé une demande de libération sous caution. Depuis sa ré-arrestation le 4 avril à son domicile de  Tokyo, un mois à peine après avoir quitté la prison, l'ancien patron était interrogé sur de nouveaux soupçons de détournements de fonds. En l'occurrence des transferts d'argent émanant du groupe nippon, à un distributeur de véhicules du constructeur à Oman. 

Au total, cinq millions de dollars parmi les fonds transférés ont été utilisés à des fins d'enrichissement personnel, selon le bureau des procureurs. Une partie de cet argent aurait également contribué à l'achat d'un luxueux bateau, d'un coût de 12 millions d'euros, baptisé "Shachou" (prononcer "shatchô", patron en japonais).

Quatre mises en examen

Le naguère tout-puissant PDG avait déjà été inculpé deux fois pour déclarations inexactes de revenus sur les années 2010 à 2018, dans des documents remis par Nissan aux autorités financières, et une autre déjà pour abus de confiance. Il est notamment accusé d'avoir tenté de faire couvrir par le constructeur des pertes sur des investissements personnels lors de la crise de 2008.

Il avait été relâché le 6 mars après 108 jours dans le centre de détention de Kosuge (nord de Tokyo) - où il est de nouveau incarcéré - moyennant le versement d'une caution d'un milliard de yens (8 millions d'euros). Il avait ensuite été assigné à résidence, avant d'être de nouveau arrêté.