Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : la maire de Beauvais Caroline Cayeux dénonce une "intolérable" agression de policiers

-
Par , France Bleu Picardie

Mardi, deux policiers municipaux et une policière nationale ont été agressés à Beauvais lors d'un contrôle des mesures de confinement imposées par la crise sanitaire du coronavirus. Caroline Cayeux, maire de Beauvais dénonce un acte "intolérable".

Police (illustration)
Police (illustration) © Radio France - radiofrance

"Cette situation me met en colère, nous ne pouvons pas supporter cela. Pour ma part, il ne s’agit ni plus ni moins qu’une tentative d’homicide", a réagit sur son compte Twitter la maire de Beauvais Caroline Cayeux après l'agression, mardi soir de plusieurs policiers qui opéraient un contrôle des mesures de confinement imposées par la crise du coronavirus.

La patrouille, constituée de deux policiers municipaux et d'une policière nationale a été visée par des jets de projectiles alors que les policiers tentaient de faire respecter les règles.  Touchée à la tête par une brique, l'agent de la police nationale a été hospitalisée mardi soir au CHU d'Amiens. Ses jours ne sont pas en danger.

Caroline Cayeux réclame une sanction exemplaire

"Il faut savoir faire preuve de discernement, mais lorsque l’on jette une brique en visant la tête d’un agent de police qui opérait un contrôle, c’est une tentative d’homicide par un individu minable, il n’y a pas d’autre mot", insiste Caroline Cayeux sur Twitter. L'élue réclame "que la sanction qui sera prononcée par la Justice soit exemplaire".

"Toute cette nuit moi j’ai repensé au bruit de la brique sur son crâne", raconte aussi Frédéric Ducauroy, délégué local du syndicat Alternative Police, interrogé par France Info.

Mardi après-midi, "on vient pour leur demander de rentrer chez eux. On voit un groupe d’une petite dizaine d’individus avec un caisson de musique, de bouteilles d’alcool, et on décide de procéder au contrôle. Certains s’en vont et là ça dégénère parce que, pour eux, on devrait les laisser faire", raconte le brigadier-chef.

Frédéric Ducauroy explique que "c’est à ce moment-là qu’on aperçoit un objet qui est jeté. Malheureusement ma collègue le reçoit sur le crâne. Il y a eu le choc. Toute cette nuit moi j’ai repensé au bruit de la brique sur son crâne".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu