Faits divers – Justice

62 millions d'euros d'amende pour Gerflor : colère dans la Drôme

Par Maxime Bacquié, France Bleu Drôme-Ardèche vendredi 20 octobre 2017 à 18:58

Gerflor emploie 550 personnes à Saint-Paul-Trois-Châteaux dans la Drôme
Gerflor emploie 550 personnes à Saint-Paul-Trois-Châteaux dans la Drôme - Maxime Bacquié

Gerflor, qui emploie 550 personnes à Saint-Paul-Trois-Châteaux, dans la Drôme, fait partie des trois fabricants de lino sanctionnés par l'Autorité de la concurrence jeudi. Gerflor écope d'une amende de 62 millions d'euros, qui suscite autant d'inquiétude que de colère chez les salariés du site.

Les pratiques sont dignes d'un roman d'espionnage. Depuis plus de 20 ans, les trois principaux fabricants de lino, ce revêtement au sol en PVC, ont mis en place un système très sophistiqué pour se mettre d'accord sur les prix et réduire à néant toute concurrence. Gerflor, mais aussi Tarkett et Forbo ont été sanctionnés jeudi par l'Autorité de la concurrence d'une amende de 302 millions d'euros, une des sept plus grosses jamais infligées par l'Autorité. Réunions secrètes dans des hôtels, noms de code ou lignes de téléphones dédiées... voilà ce que révèle l'enquête démarré en 2013 après un signalement de la Répression des fraudes. Ces pratiques remontent au début des années 90 et la presse parle de "cartel du lino" pour qualifier cette affaire.

Une amende qui représente 10 % du chiffre d'affaire de Gerflor

A Saint-Paul-Trois-Châteaux, dans la Drôme, les 550 employés de Gerflor, ont pris un coup sur la tête quand ils ont appris le montant de l'amende qui touche leur entreprise. 62 millions d'euros, certes un montant moins élevé que les 165 millions infligés à Tarkett et 75 millions à Forbo, mais cette amende représente près de 10 % du chiffre d'affaire de l'entreprise. "C'est inquiétant," réagit Mohamed, employé depuis 18 ans sur le site Drômois, qui poursuit : "je suis très surpris par cette affaire. Peut-être que ces méthodes étaient courantes dans le passé mais aujourd'hui ça ne passe plus".

"Qui sont les voyous aujourd'hui?"

Il y a aussi de la colère chez certains salariés, qui se souviennent que l'an dernier, la direction leur avait demandé de se serrer la ceinture. La prime d'intéressement est passée de 1 500 à 300 euros en un an et les syndicats avaient fini par obtenir l'augmentation salariale qu'ils réclamaient après sept jours de grève et un conflit social dur. "On nous traitait de voyous à l'époque," se souvient Steve, qui travaille depuis 15 ans à Saint-Paul-Trois-Châteaux. "Qui sont les voyous aujourd'hui? 62 millions d'euros d'amende, c'est encore nous qui allons trinquer".

Les salariés obligés de se serrer la ceinture ?

La crainte pour les représentants du personnel, c'est que cette lourde amende pèse lourd dans la balance des négociations salariales qui doivent démarrer le 8 novembre. "C'est le bon prétexte pour nous demander de se serrer la ceinture," estime un représentant CGT. Un Comité Central d'Entreprise (CCE) extraordinaire est prévu le 7 décembre prochain entre la direction et les syndicats à ce sujet. La direction de Gerflor n'a par ailleurs pas donné suite aux demandes d'interview de France Bleu Drôme Ardèche.