Faits divers – Justice

Catastrophe de Brétigny : Le président de la SNCF reconnaît la responsabilité de l’entreprise publique

Par Martine Bréson, France Bleu Paris lundi 7 juillet 2014 à 18:27 Mis à jour le mardi 8 juillet 2014 à 9:00

L'accident du train à Brétigny le 12 juillet 2013 est le plus meurtrier en France depuis 25 ans
L'accident du train à Brétigny le 12 juillet 2013 est le plus meurtrier en France depuis 25 ans © @hoopnod

Après avoir contesté ce terme de délabrement employé dans le rapport dont les conclusions ont été dévoilées lundi après midi par le procureur Guillaume Pepy le président de la SNCF a déclaré : "La SNCF manifeste sa responsabilité dans l’accident". Au cours de sa conférence de presse il a appelé à ne pas généraliser. Ce n’est pas parce qu’il y a le cas Brétigny qu’il y a des problèmes partout.

Le président de la SNCF a tenu une conférence de presse ce lundi suite au rapport d’expertise sur l’accident de Brétigny qui montre du doigt le délabrement du réseau ferré.

Au cours de cette conférence de presse Guillaume Pépy a affirmé haut et fort que le réseau ferroviaire français était sûr , que c'était  un réseau qui était entretenu , c’était un réseau qui était vérifié , c’était un réseau qui était surveillé y compris par des experts indépendants.

Depuis la catastrophe, un vaste programme de rénovation et de surveillance baptisé "Vigirail" a été lancé rappelle Guillaume Pépy.

S brétigny Pépy

L'accident ferroviaire de Brétigny-sur-Orge (Essonne), qui a fait sept morts le 12 juillet 2013, résulte d'un "déficit dans la qualité de la maintenance" de cette partie du réseau, selon les conclusions d'un rapport d'experts rendues publiques lundi par le procureur de la République d'Evry.

brétigny proc - INFO 13H - 17H

Le train Paris-Limoges Intercités n°3657 a déraillé  à 17H11, quelques instants avant d'entrer en gare de Brétigny-sur-Orge, tuant sept personnes et faisant des dizaines de blessés. A ce jour, 117 personnes se sont constituées parties civiles , a précisé le procureur d'Evry, Eric Lallement, dont la conférence de presse précédait celle de la SNCF. En dévoilant les grandes lignes du rapport d'expertise de la catastrophe, il a affirmé que ni la SNCF ni Réseau ferré de France (RFF) n'avaient encore eu connaissance des expertises.

D’autres gares ont été controlées par les experts

Selon le procureur de la République d'Évry, Eric Lallement, ces experts ont aussi contrôlé dans le cadre de  leur enquête "trois autres endroits selon leur choix sur le territoire national" et ils ont retenu les gares d'Épernay (Marne), de Juvisy-sur-Orge (Essonne) et de Noisy-le-Sec (Seine-Saint-Denis).  Alors que les deux premières ont été jugées "satisfaisantes", ils "ont critiqué l'état du réseau en gare de Noisy-le-Sec . Ils ont fait des observations sévères qui ont fait immédiatement l'objet d'une communication au juge d'instruction", a précisé le procureur qui a ajouté que des travaux avaient été "entrepris pour y remédier ".

 

SNCF Brétigny pap Emilie