Faits divers – Justice

Catastrophe de Brétigny-sur-Orge : le rapport qui accable la SNCF

Par Jocelyne Jean et Marie Mutricy, France Bleu lundi 7 juillet 2014 à 7:12

Le train Paris-Limoges accidenté en gare de Brétigny-sur-Orge
Le train Paris-Limoges accidenté en gare de Brétigny-sur-Orge © @rtenews

"Un état de délabrement jamais vu". Ce sont les mots forts des experts désignés par la justice pour déterminer les causes de la catastrophe ferroviaire du 12 juillet 2013 à Brétigny-sur-Orge, dans leur rapport rendu le 25 juin dernier et que Le Monde et Le Figaro se sont procurés. Des experts qui pointent du doigt l'état du réseau SNCF en désignant plus particulièrement le manque de maintenance.

> LA QUESTION DE FRANCE BLEU MIDI ENSEMBLE > Pour la sécurité, faites-vous confiance à la SNCF ? Réagissez au 0810 055 056 ou sur notre page Facebook.

Le rapport des experts désignés par la justice pour enquêter sur la castrophe de Bretigny-sur-Orge et que ce sont procurés Le Monde et Le Figaro fait froid dans le dos. Ils décrivent "un état de délabrement [du réseau ferroviaire] jamais vu " . Le procureur de la République d'Evry a confirmé lundi que la cause principale de l'accident est un "deficit dans la qualité de la maintenance" du réseau de la SNCF. Mais l'instruction suit son cours, cela ne préjuge pas de la tenue d'un éventuel procès.

La catastrophe de Brétigny-sur-Orge a fait 7 mort et une trentaine de blessés le 12 juillet 2013. Ce rapport des experts judiciaires est rendu public à quelques jours du premier anniversaire de la catastrophe. Un cérémonie commémorative est prévue samedi à Brétigny.

[> Retrouvez le dossier complet sur France Bleu]( le 12 juillet 2013)

Un problème de maintenance

Les experts mandatés par les juges d'instruction écrivent que le réseau est dans un "état de délabrement jamais vu" et mettent en cause directement la SNCF : "Nous ne sommes pas en présence d'un acte de malveillance (...), le processus ayant abouti à la désagrégation complète de l'assemblage s'est bien au contraire étalé sur plusieurs mois et a concerné l'ensemble de l'appareil de voie incriminé, sur lequel ont été relevées plus de 200 anomalies de divers degrés de criticités ".

Et de poursuivre : "L'armement a péri par fatigue, vibrations, battement, défauts de serrage, usure, etc. Tous dommages relevant de la qualité de la maintenance ". L'état du réseau à Brétigny "aurait logiquement dû conduire la SNCF à une surveillance accrue, et surtout adaptée ", écrivent les experts MIchel Dubernard et Pierre Henquenet.

Le rapport du bureau d'enquête sur les accidents de transport terrestre (BEA-TT) avait déjà pointé en janvier qu'une éclisse à quatre boulons avait fini par ne tenir que par un boulon et avait pivoté, provoquant le déraillement du train.

La SNCF se defend

Dans un communiqué commun, la SNCF et RFF (Réseau Ferré de France) "constestent formellement tout état de délabrement du reseau à bretigny ou ailleurs ". Les deux présidents de RFF et SNCF vont s'exprimer lundi à 17h.