Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Catastrophe ferroviaire de Brétigny : un cadre de la SNCF mis en examen

jeudi 10 janvier 2019 à 12:42 - Mis à jour le jeudi 10 janvier 2019 à 18:13 Par Isabelle Gaudin, France Bleu Limousin, France Bleu Paris, France Bleu Creuse, France Bleu Orléans et France Bleu

Un cadre de la SNCF a été mis en examen pour homicides et blessures involontaires. C'est ce que révèle le Parisien ce jeudi, dans le dossier de la catastrophe ferroviaire de Brétigny-sur-Orge, qui a fait sept morts et des dizaines de blessés en 2013.

Le déraillement du train Paris-Limoges en 2013 à Brétigny-sur-Orge avait fait sept morts et de nombreux blessés
Le déraillement du train Paris-Limoges en 2013 à Brétigny-sur-Orge avait fait sept morts et de nombreux blessés © Maxppp - Li Genxing

Brétigny-sur-Orge, France

Cinq ans après le déraillement du train Paris-Limoges à Brétigny, un salarié de la SNCF a été mis en examen pour homicides et blessures involontaires. On l'apprend ce jeudi, le parquet d'Evry confirme l'information du Parisien. C'est la première fois qu'une personne physique est poursuivie dans ce dossier. Ce cadre de la SNCF était jusqu'ici témoin assisté.  C'est ce que réclamaient les associations de victimes.  "C'est un grand progrès dans l'instruction", s'est félicité Xavier-Philippe Gruwez, avocat d'une dizaine de victimes, pour qui cette décision "augure d'autres mises en examen de personnes physiques". L'attente est la même pour Philippe Clerc, avocat Limougeaud qui représente quatre blessés : "Enfin on se résout à un certain nombre d'évidences ! Ce n'est pas la personne morale qui travaille sur les voies mais un certain nombre d'agents, avec les moyens qu'ils ont certes, qui sont peut-être intervenus de façon défaillante." En effet, la compagnie ferroviaire et SNCF Réseau sont mis en examen pour homicides et blessures involontaires, mais en tant que personnes morales. Deux adjoints de cet encadrant sont sous le statut de témoin assisté. 

Le cadre mis en examen a réalisé la dernière tournée d'inspection des voies

C'est le cadre de la SNCF mis en examen qui a réalisé la dernière tournée d'inspection de la voie où s'est produite la catastrophe ferroviaire de Brétigny. Les magistrats estiment qu'il n'aurait pas correctement effectué sa tâche. Il travaillait à la SNCF depuis quelques années et à Brétigny depuis cinq mois, à la tête d'une brigade chargée de l'inspection des voies. L'avocat du cadre de SNCF réseau envisagerait de déposer un recours. "Il n'y a eu aucun élément nouveau qui permettent de l'incriminer", estime Me Valent. Son client a affirmé devant les juges mercredi que s'il avait relevé la moindre anomalie, "cela aurait été noté sur son rapport d'inspection". 

De son côté, la CGT Cheminots regrette que la justice recherche "un responsable en bas de la chaîne de direction". 

Une expertise en juillet avait conclu à un problème de maintenance

En juillet, une nouvelle expertise avait conclu que le déraillement du train Paris-Limoges le 12 juillet 2013 était dû à un problème de maintenance. La catastrophe ferroviaire de Brétigny-sur-Orge avait fait sept morts et des dizaines de blessés. Selon cette expertise, l'accident aurait été causé par la "vétusté" des rails, et non pas par un défaut imprévisible de l'acier.