Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Cauchemar pour l'aide-soignante de Nice : le procès de son agresseur de nouveau reporté

-
Par , France Bleu Azur

Trois semaines après son agression aux urgences du CHU de Nice, une aide-soignante de 27 ans pensait pouvoir ranger ce traumatisme au rayon des souvenirs avec le procès de son agresseur ce lundi. Mais pour un problème d'avocat absent à l'audience, le jugement a été reporté pour la seconde fois.

Une vingtaine de soignants de tout le département étaient venus soutenir la victime
Une vingtaine de soignants de tout le département étaient venus soutenir la victime © Radio France - Emmanuel Grabey

Nice, France

Elle a quitté la salle d'audience en larmes : l'aide-soignante des urgences du CHU Pasteur 2 de Nice ne supporte pas l'idée d'une troisième confrontation au tribunal avec son agresseur présumé, un SDF polonais de 29 ans.

Les faits remontent à la nuit du 5 août dernier. Alors qu'elle essaie de lui poser une perfusion, l'homme, ivre, lui assène un coup de poing au visage. Il devait être jugé le 7 août en comparution immédiate, mais son procès avait été reporté, car le CHU de Nice et un vigile, parties civiles dans ce dossier, n'avaient pas été avisés à temps de la date du procès.

Une vingtaine de soignants présents en soutien

Nouveau coup de théâtre ce lundi devant le tribunal correctionnel : le procès a de nouveau été reporté, cette fois à cause l'absence de l'avocat du prévenu. 

Bronca dans l'assistance, en majorité composée de soignants venus de plusieurs hôpitaux du département. "Ça sera peut-être la confrontation de trop pour elle, on est révolté", tonne Michel Fuentes, le secrétaire général du syndicat Force Ouvrière au CHU de Nice. 

C'est en soutien à cette aide-soignante, qui a déjà subi d'autres agressions par le passé, et pour dénoncer les violences dont sont victimes les personnels des hôpitaux qu'il a appelé à ce rassemblement : "On en a marre de se faire tabasser, on vient au travail pour sauver des vies, pas pour risquer les nôtres. Là, on travaille avec la peur au ventre, c'est inimaginable", poursuit Michel Fuentes.

Le syndicat Force Ouvrière annonce déjà qu'il sera présent le 11 septembre prochain, date fixée par le tribunal correctionnel pour la nouvelle audience. D'ici là, le prévenu reste en détention provisoire, et la grève se poursuit aux urgences de Nice pour réclamer la présence en permanence d'un policier pour assurer la sécurité.

Choix de la station

France Bleu