Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Caudebec-lès-Elbeuf : en conflit avec leur voisin, ils doivent démolir leur maison achetée il y a quarante ans

Après plusieurs années de procédures judiciaires avec son voisin, une habitante de Caudebec-lès-Elbeuf doit détruire une grande partie de sa maison. Une habitation que Annick Jourdain a achetée en 1975 avec son ex-mari. Ils sont aujourd'hui désemparés.

Annick Jourdain et Jean-Pierre Portier devant leur maison rue Sorieul à Caudebec-lès-Elbeuf
Annick Jourdain et Jean-Pierre Portier devant leur maison rue Sorieul à Caudebec-lès-Elbeuf © Radio France - Rudy Pupin

C'est un coup de massue pour Annick Jourdain. Cette septuagénaire de la rue Sorieul à Caudebec-lès-Elbeuf près de Rouen va devoir détruire une grande partie de sa maison acquise en 1975 avec son mari de l'époque, Jean-Pierre Portier. Cela fait suite à une décision de justice rendue en début d'année. L'aboutissement d'un conflit de voisinage qui dure depuis plusieurs décennies révélé par nos confrères du Journal d'Elbeuf.

Désemparée et endettée

"Il faut démolir une partie de la maison dont la cuisine, ma chambre et les sanitaires", regrette Annick Jourdain, soutenue par son ex-mari avec qui elle a acquis cette bâtisse centenaire il y 46 ans. La Justice leur demande de reculer leur maison d'1m50 par rapport à la propriété de leur voisin, soit détruire l'extension qui affaiblirait l'habitation voisine. On les a accusés de l'avoir construite sans autorisations ce que dément Jean-Pierre Portier, photos à l'appui : "nous avons acheté la maison en état, à l'origine c'était construit. Nous n'avons pas demandé à l'ancienne propriétaire de démolir", souligne-t-il. "On a jamais touché à la structure, j'ai rien construit, j'ai rien fait", confirme Annick, désemparée. 

Reportage chez Annick à Caudebec-lès-Elbeuf

Le sentiment d'injustice est fort, après une multitude de procès, tous perdus. "Je ne comprends pas pourquoi je dois détruire l'endroit où je vis. Nous sommes allés jusqu'au bout. Tout se retourne contre moi", soupire la septuagénaire qui doit en plus débourser des milliers d'euros. "Je dois 24.000 euros de provisions et 2.000 euros de procédure abusive. En cas de retard dans la démolition, je dois payer 50 euros par jour. J'ai une petite retraite. Comment voulez-vous que je paye tout ça ? J'ai les boyaux qui ne fonctionnent plus, je suis crispée", explique Annick, visiblement très impactée après toutes ces procédures. 

Annick ne comprend pas pourquoi elle doit détruire son chez-soi

Annick peut compter sur ses enfants pour l'aider à payer les amendes et sur celui de la municipalité pour trouver une solution de relogement. Le maire de la Caudebec-les-Elbeuf, Laurent Bonnaterre, a d'ailleurs apporté son soutien sur Twitter

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Après démolition, il ne restera que 30 mètres carrés d'habitation. La maison perdra alors sa valeur.  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess