Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Caussade : la professeur victime de photos malveillantes témoigne

lundi 7 janvier 2019 à 9:24 Par Julien Balidas, France Bleu Occitanie

La rentrée scolaire ce lundi matin à Caussade s'est faite dans un climat particulier. Avant les fêtes, une professeur d'anglais a porté plainte pour des photos malveillantes prises par des élèves à son encontre.

Illustration.
Illustration. © Maxppp - IP3 PRESS/MAXPPP

Caussade, France

Hélène, professeur d'anglais de 47 ans, a porté plainte contre plusieurs jeunes du collège Pierre-Darasse de Caussade. Avant les fêtes, ils ont pris des photos d'elle, à plusieurs reprises, et notamment sous sa jupe. 

"Des gros plans sur mes fesses et des doigts d'honneur"

"J'ai été vraiment déstabilisée. J'ai pensé que ça c'était produit une fois, que les élèves avaient pris un cliché une fois à mon insu. Mais non, quand je suis allée voir la gendarmerie, ça s'est fait sur plusieurs jours. Je n'étais même pas en jupe mais en pantalon, des gros plans sur mes fesses avec le doigt d'honneur devant. C'est pernicieux, ça mine. On croise des gens dans la rue, des élèves, ça se transforme en moqueries", explique-t-elle. 

"Cela détruit toute confiance"

Hélène est arrivée à la rentrée dans ce collège :  "C'une sorte de harcèlement. Ces derniers temps, je me suis dit si c'est comme ça, si les jeunes deviennent ça, comment on peut continuer sereinement un métier ? Ce qu'ils ont fait là, ça dépasse tellement la ligne rouge, ça détruit toute confiance. Quand on reprend les cours, on a plus de confiance. On a beau dire que ce sont des enfants, mais pour moi c'est malveillant. Je ne comprends pas comment on peut ne pas comprendre que ce soit violent et que ça fasse mal. Ils ont 14 ans, ce ne sont pas des gamins de trois ans à qui on apprend l'empathie. L'empathie ça s'apprend en maternelle", explique cette professeur. 

Cette professeur d'anglais a encore plusieurs rendez-vous médicaux cette semaine mais souhaite retrouver sa salle de classe rapidement. Parmi les quatre élèves mis en cause, l'un a été exclu définitivement, deux autres temporairement. Conseil de discipline ce lundi soir pour le dernier d'entre eux. Une procédure judiciaire est également en cours. Les élèves seront entendus prochainement. 

L'équipe enseignante de son côté, sera reçue mercredi par le DASEN, le directeur académique.