Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Ce Breton voulait ouvrir son magasin de jouets, les gendarmes interviennent

-
Par , France Bleu Breizh Izel, France Bleu Armorique

Les gendarmes des Côtes-d'Armor ont du empêcher l'accès à un magasin Joué Club à Guingamp qui voulait ouvrir ce vendredi malgré le confinement. Son directeur se dit "désabusé" et "en colère".

La devanture du Joué Club de Ploumagouar, près de Guingamp
La devanture du Joué Club de Ploumagouar, près de Guingamp - DR

Il souhaitait ouvrir son magasin Joué Club ce vendredi malgré le premier jour de reconfinement. Les gendarmes sont intervenus en empêchant l'accès aux portes de l'établissement, situé à Ploumagoar, près de Guingamp. Frédéric Le Fave, le directeur du Joué Club, franchisé depuis 1991, se dit très en colère : "On a donc choisi de fermer volontairement et d'ouvrir un service drive, même si c'est un peu borderline. Mais je ne lâcherai pas l'affaire".

Concurrence déloyale

Celui qui se définit comme "Breton donc têtu" se dit "en guerre contre la morale". Il conteste notamment la concurrence déloyale des grandes surfaces dont les rayons jouets sont remplis. Le directeur du Joué Club veut faire mandater un huissier pour constater et contester la concurrence déloyale des hypermarchés. 

ECOUTEZ - Les jouets, des biens de première nécessité à l'approche de Noël ?

De même, celui-ci veut faire reconnaître les jouets comme biens de première nécessité, notamment à deux mois de Noël. "Hier, j'avais une mamie qui est venue, totalement paniquée, pour me demander comment elle allait acheter ses cadeaux de Noël pour ses petits-enfants", raconte-t-il.

Frédéric Le Fave adresse également une pensée à "tous les petits commerçants, les petits artisans, qui sont au bord du désespoir. Je suis, bien malgré moi, un porte-étendard".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess