Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Séquestration à Saint-Ferréol-d'Auroure : "ce n'est pas Roméo et Juliette", explique la défense

mardi 9 janvier 2018 à 20:17 Par Mathilde Montagnon, France Bleu Saint-Étienne Loire

Quatre personnes ont été condamnées à des peines de prison avec sursis allant de 8 à 18 mois mardi par le tribunal correctionnel du Puy-en-Velay. Elles étaient accusées d'avoir enlevé, séquestré et violenté une jeune fille de 18 ans l'été dernier à Saint-Ferréol-d'Auroure en Haute-Loire.

Les prévenus étaient présents à l'audience mais pas les victimes.
Les prévenus étaient présents à l'audience mais pas les victimes. © Radio France - Mathilde Montagnon

Le Puy-en-Velay, France

Le 28 août dernier, une expédition est montée pour aller chercher Ebru, une jeune fille de 18 ans d'origine turque, qui est repartie vivre chez son petit ami à Saint-Ferréol-d'Auroure.  C'est un cousin et un proche de la famille qui enlèvent la jeune fille, pour la déposer chez sa mère à Unieux puis chez sa tante au Chambon-Feugerolles. Avec la menace de la renvoyer en Turquie. Le petit ami préviendra les forces de l'ordre et Ebru sera libérée au bout de quelques heures par les policiers de Firminy. 

Ce mardi, la mère d'Ebru, sa tante, un neveu et un proche comparaissaient devant le tribunal correctionnel du Puy-en-Velay pour enlèvement, séquestration et violences. La mère et le neveu ont été condamnés à 18 mois avec sursis, la tante à 12 mois et le proche de la famille à 8 mois. La jeune fille et son petit ami ne s'étaient présentés à l'audience et ne s'étaient pas constitués partie civile.

Coups de manche à balai

Tout serait parti d'un SMS envoyé par Ebru à sa mère. Elle lui dit qu'elle s'est moquée d'elle, qu'elle lui a fait croire qu'elle s'était séparée de Nicolas le temps de régler quelques démarches administratives, mais que c'était du cinéma. Et qu'elle était de nouveau avec lui à Saint-Ferréol-d'Auroure.  La mère voit rouge, demande à un neveu et un proche d'aller chercher la jeune fille tout juste majeur. Et elle leur donne une bombe lacrymogène. Ebru est giflée, embarquée de force dans une voiture, emmenée à Unieux, puis au Chambon-Feugerolles.  

"Elle n'était pas vraiment séquestrée", proteste l'avocat de la défense, "elle avait un lit, on lui donne un coca, elle a le droit de fumer et la tante lui enlève même ses piercings" au visage car ils saignent a cause des coups. Des coups de manche à balai infligés par la tante. 

"Ce n'est pas Roméo et Juliette", ce sont des proches qui s'inquiètent pour leur fille, qui "voient rouge" et qui "réagissent mal" affirme la défense.  Mais pour le procureur de la République, la famille d'origine turque, pratiquante, n'a pas supporté pas la soif de liberté d'Ebru et risquait même de l'envoyer en Turquie.

Me Philippe Cizeron, avocat de la mère et de la tante

Saint-Ferréol-d'Auroure, en Haute-Loire - Radio France
Saint-Ferréol-d'Auroure, en Haute-Loire © Radio France - Denis Souilla