Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Attentat mortel à Strasbourg sur le marché de Noël

Ce que l'on sait de l'attaque qui a fait au moins deux morts à Strasbourg

- Mis à jour le -
Par , France Bleu, France Bleu Alsace, France Bleu Elsass

Plus de 24 heures après l'attaque qui a fait au moins deux morts sur le Marché de Noël de Strasbourg, l'auteur des tirs est toujours activement recherché par les forces de l'ordre qui ont diffusé un appel à témoins ce mercredi soir. Plus de 720 policiers et gendarmes sont mobilisés.

Un militaire devant la Cathédrale de Strasbourg frappée par une attaque terroriste le 11 décembre 2018
Un militaire devant la Cathédrale de Strasbourg frappée par une attaque terroriste le 11 décembre 2018 © AFP - Patrick HERTZOG

Les forces de l'ordre sont toujours à la recherche de l'homme qui a tué deux personnes et blessé 13 personnes mardi soir sur le Marché de Noël de Strasbourg.  La police a diffusé ce mercredi soir un appel à témoins avec le visage du suspect, Cherif Chekatt, un Strasbourgeois de 29 ans, fiché S pour radicalisation.  Retour sur les faits et ce que l'on sait de cette attaque ce mercredi soir.

Le fil de la journée minute par minute dans cet article 

Que s’est-il passé précisément ?

Le procureur de la République de Paris, Rémy Heitz, a détaillé le parcours du tueur lors d'une conférence de presse mercredi à la mi-journée. L'homme a ouvert le feu peu avant 20h rue des Orfèvres, une ruelle touristique et commerçante. Armé d'un couteau et d'une arme de poing, il s'est ensuite dirigé vers la rue des Grandes Arcades où il a fait feu sur quatre militaires du dispositif Sentinelle qui l'ont blessé au bras en répliquant. Des témoins ont assuré aux enquêteurs l'avoir entendu crier "Allah Akbar".

Les autorités ont perdu sa trace dans le quartier du Neudorf, au sud de la ville, aux alentours de 20h30. C’est là qu'un chauffeur de taxi, entendu comme témoin, l'aurait déposé après son passage à l'acte dans le centre ville de Strasbourg.

  - Visactu
© Visactu

Le tireur toujours recherché, la police diffuse un appel à témoins

Cherif Chekatt, le tireur présumé, est toujours recherché. La police a diffusé un appel à témoins ce mercredi soir.

720 membres des forces de l'ordre sont actuellement mobilisés pour le retrouver. 

Depuis sa disparition, plusieurs perquisitions ont été effectuées dans les lieux qu'il fréquente, notamment dans le quartier des Poteries, à l'ouest de la ville, où il vivait seul. Il "ne peut être exclu" qu'il soit passé en Allemagne, a indiqué le secrétaire d'Etat à l'Intérieur, Laurent Nuñez, ajoutant qu'un "bouclage des frontières a été assuré". Les autorités ont déjà fouillé Kehl, juste de l'autre côté du Rhin : "Le site où nous pensions qu'il avait pu se loger a été immédiatement quadrillé par les forces de l'ordre allemandes, et il n'était hélas pas sur ce site-là", a expliqué le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner devant l'Assemblée nationale.

Où en est l'enquête ?

"Au regard du lieu ciblé, du mode opératoire employé par l'assaillant, de son profil et des témoignages recueillis auprès de ceux qui l'ont entendu crier 'Allah Akbar', la section antiterroriste du parquet de Paris s'est saisi des faits d'hier soir", a indiqué mercredi le procureur de Paris, Rémy Heitz.

Une enquête a été ouverte pour "assassinats en relation avec une entreprise terroriste, tentatives d’assassinat en relation avec une entreprise terroriste et d'association de malfaiteurs terroriste en vue de préparer des crimes d'atteinte aux personnes"

Quatre proches de Chérif Chekatt sont en garde à vue : son père, sa mère et deux frères. Ils ont été interpellés dans la nuit de mardi à mercredi, a indiqué le procureur de la République de Paris.

Le dispositif vigipirate est porté au niveau "urgence attentat", le niveau maximum. Emmanuel Macron a décidé "d'accroître la mobilisation des militaires" dans le cadre de l'opération Sentinelle a annoncé le Premier ministre Édouard Philippe dans la soirée. Au total, 1.800 hommes supplémentaires sont mobilisés pour compléter le dispositif.

Que sait-on du suspect ?

Âgé de 29 ans, Cherif Chekatt est Strasbourgeois. Fiché S pour radicalisation, il a déjà été condamné à 27 reprises en France et en Allemagne.

Mardi matin, il a échappé à une interpellation dans une affaire de droit commun, dans laquelle il est suspecté de tentative d'assassinat. Cherif Chekatt "avait dès l'âge de 10 ans un comportement qui relevait du pénal" et a été condamné pour la première fois à 13 ans, a déclaré Christope Castaner.

Il avait été signalé en détention en 2015 pour sa radicalisation et son prosélytisme religieux, et était suivi par la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), a précisé Rémy Heitz.

Quel est le bilan et qui sont les victimes ?

L'attaque a fait deux morts. Une personne est en état de mort cérébrale et 12 autres sont blessées. "Deux personnes" sont entre la vie et la mort, a déclaré la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, alors que le bilan n'a cessé de fluctuer depuis le drame.
Les victimes ont "entre 20 et 65 ans", ce sont "des personnes en bonne santé, qui se promenaient", a noté le professeur Pascal Bilbault, responsable du Samu et des urgences à Strasbourg.

Les deux personnes tuées sont un ressortissant d'origine thaïlandaise et un Français. Selon la presse de Bangkok, la victime thaïlandaise était un touriste arrivé la veille en France avec son épouse. D'après des témoins qui ont tenté de lui porter secours et cités par l'AFP, il a été touché à la tête. L'autre victime était un Strasbourgeois, un retraité du Crédit agricole, âgé de 61 ans, qui venait de prendre sa retraite. Le personnel de la banque a été informé de la nouvelle.

Parmi les blessés figure Jeanne, blessée au bras. Ses jours ne sont pas en danger selon Christelle Lorho, commerçante de la rue des Orfèvres, où le tireur a ouvert le feu et mère de la jeune femme. Elle a accepté de témoigner pour France Bleu Alsace : "Une de mes salariées m'a téléphonée pour me dire que Jeanne s'était fait tirer une balle dans le bras. C'était un carnage total devant la boutique (...) le gars a tiré sur quelqu'un, ils ont a pris la fuite et il les a poursuivi vers la place du marché neuf. C'est là qu'il a tiré la balle sur Jeanne". "L'état psychologique est terrible pour notre fille et nos salariés" a-t-elle expliqué.

Strasbourg, ville en deuil

Le marché de Noël de Strasbourg restera fermé jeudi pour la deuxième journée. L’ensemble des équipements culturels et sportifs de la ville réouvriront normalement, demain jeudi 13 décembre annonce la ville de Strasbourg.

Un moment de recueillement a été organisé ce mercredi soir à l'église du temple neuf à Strasbourg, près de l'endroit où a frappé l'assaillant. De nombreux passants ont aussi déposé des messages ou des bouquets de fleurs, là où des victimes sont tombées, rue des Orfèvres par exemple, ou bien sur des lieux symboliques, comme au pied du grand sapin de la place Kléber.

Pour les proches des victimes, un centre d’accueil des familles a été installé par la préfecture à la cité de la musique et de la danse, place Dauphine. L'objectif est d'informer et de dispenser soutien psychologique et informations juridiques.

Choix de la station

France Bleu