Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice
Dossier : Affaire du crassier d'ArcelorMittal Florange

Le lanceur d'alerte d'ArcelorMittal, Karim Ben Ali, convoqué en février au tribunal pour "menace"

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu Lorraine Nord, France Bleu, France Bleu Sud Lorraine

Karim Ben Ali, ancien intérimaire d'ArcelorMittal, doit comparaître le 20 février en correctionnelle. Il avait été placé en garde à vue mardi à Thionville. Il est soupçonné d'avoir proféré des menaces graves à l'encontre des personnes et des installations du site de Florange, indique la direction.

Le site d'ArcelorMittal, à Florange
Le site d'ArcelorMittal, à Florange © Radio France - Magali Fichter

Florange, France

Le lanceur d'alerte Karim Ben Ali, qui avait dénoncé en 2017 un déversement d'acide sur un crassier d'ArcelorMittal, est sorti de garde à vue vers 16h, ce mercredi. Il avait été arrêté mardi soir à Thionville, comme vous le révélait France Bleu Lorraine. Il s'est vu notifier, par le parquet, une convocation devant le tribunal correctionnel le 20 février prochain, pour "menace de commettre un crime ou un délit".

Des menaces contre des responsables syndicaux

L'ancien intérimaire s'est présenté mardi à l'entrée du site et a proféré de "graves menaces" contre des personnes et des installations., explique la direction d'ArcelorMittal. Karim Ben Ali se défend "en 2 ans c'est la première fois que je viens devant les grands bureaux, j'y suis allé parce ce que j'en ai marre d'être harcelé et j'ai pété un câble". 

Karim Ben Ali : "je vais faire sauter la cokerie"

Sur France Bleu Lorraine, le lanceur d'alerte avoue avoir prononcé 3 phrases à un chef de service qui était à l'entrée des bureaux d'ArcelorMittal à Florange "je vais faire sauter la cokerie, je vais ramener les gilets jaunes pour bloquer l'usine, vous avec les syndicats vous êtes pareils, vous êtes des vendus, vous méritez d'être flingués". Karim Ben Ali parle d'énervement, "je suis harcelé, insulté au quotidien, on m'a abîmé ma voiture, on m'a desserré mes roues, il y a quelques jours en pleine nuit un automobiliste s'est arrêté en bas de chez moi pour crier: tu n'es qu'un vendu, tu vas le payer".

Les explications de Karim Ben Ali

L'avocat de Karim Ben Ali dénonce une garde à vue "disproportionnée"

La direction d'ArcelorMittal a donc porté plainte, et Karim Ben Ali a été arrêté chez lui le soir-même. Une garde à vue qui paraît "disproportionnée" à son avocat, Me Vincent Brengarth, qui explique que son client est, depuis l'affaire du crassier, dans un état de "désœuvrement". Rappelons que l'ex-intérimaire n'a pas retrouvé de travail depuis les faits dénoncés, et qu'il a lui-même porté plainte en décembre contre son ancien employeur pour "atteinte volontaire à l'intégrité de la personne et infraction aux règles de la sécurité et de la santé". Karim Ben Ali a prévu de quitter la Lorraine dans quelques semaines, "loin d'une usine ArcelorMittal" après une formation un employeur du grand est lui a proposé un CDI. 

Maître William Bourdon, l'avocat de Karim Ben Ali

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu