Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Incendie à l'usine Lubrizol à Rouen

Incendie à l'usine Lubrizol à Rouen : le feu est éteint

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu Normandie (Calvados - Orne), France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure), France Bleu

Après l'incendie qui s'est déclaré ce jeudi matin dans l'usine Lubrizol de Rouen et alors que la préfecture annonce que le feu est éteint, France Bleu Normandie fait le point sur les conséquences du sinistre.

Un violent incendie s'est déclaré vers 2h45 le jeudi 26 septembre 2019 à l'usine Lubrizol, site Seveso, à Rouen (Seine-Maritime). Les pompiers au petit matin.
Un violent incendie s'est déclaré vers 2h45 le jeudi 26 septembre 2019 à l'usine Lubrizol, site Seveso, à Rouen (Seine-Maritime). Les pompiers au petit matin. © Radio France - Antoine Sabbagh

Un violent incendie s'est déclaré dans l'usine Lubrizol, classée Seveso, à Rouen ce jeudi 26 septembre vers 2h45 du matin. Le panache de fumée noire de 22 kilomètres de long et six kilomètres de large a plané au-dessus de Rouen et de son agglomération pendant plusieurs heures. Le feu est désormais éteint. La préfecture a mis en place une cellule de crise joignable au 02 32 76 55 66. Voici ce qu'on peut dire sur cet événement ce jeudi soir.

Incendie éteint

Plus de 200 pompiers ont été mobilisés pour lutter contre les flammes autour de l'usine Lubrizol et le dispositif devait être allégé en fin de journée. La préfecture annonce ce jeudi soir que le feu est éteint. "Les pompiers sont maîtres du feu" avait précisé le préfet de Seine-Maritime ce jeudi après-midi, "le panache a sensiblement diminué d'intensité et il n'y a pas eu de sur-accident. La situation est aujourd'hui dominée". Le périmètre de 500 mètres qui avait été mis en place autour de l'usine a été levé dans l'après-midi et les riverains évacués ont pu rentrer chez eux. "Je suis plus serein" avait confié le colonel des pompiers dans l'après-midi. "Le site est dangereux, ça demande du temps et beaucoup de protection pour les pompiers." La préfecture  évoque des risques d'odeur après extinction de l'incendie. 

Risque de pollution ?

"Nous craignions une pollution de la Seine, il y a eu quelques rejets mais ils ont été contenus notamment par des barrages anti-pollution déployés en aval du site. Il n'est pas impossible que l'on relève quelques traces de pollution avec l'effet des marées. Les produits sont tous en surface et ils seront aisément récupérables lorsqu'il s'agira de traiter toute cette zone" a ajouté le préfet de Seine-Maritime.

En ce qui concerne la qualité de l'air, les analyses menées dans l'immédiat n'ont pas révélé de "toxicité aiguë" a assuré le préfet de Seine-Maritime mais des analyses complémentaires sont en cours, en particulier sur la dangerosité des suies qui se sont déposées au passage du nuage de fumée. Précision du préfet à 18h en direct sur France Bleu Normandie ce jeudi : "Toute fumée est toxique mais nous avons continué à travailler à la préfecture alors que nous étions sous le panache de fumée". Pierre-André Durand détaille que 78 mesures ont été prises sur 18 points tout au long de la journée, entre 4h et 16h, dans l'agglomération de Rouen, y compris sur les hauteurs. Résultat : "Inflammabilité nulle, pas d'hydrogène sulfuré, une trace d'oxyde de souffre et des traces d'oxyde d'azote". Il s'agit de "substances carbonées classiques" pour le préfet.

La CGT exige ce jeudi la transparence complète sur les risques encourus. L'usine Lubrizol avait déjà connu une grosse alerte à la pollution après une fuite de gaz en janvier 2013. D'ailleurs le préfet de Seine-Maritime n'écarte pas l'idée d'un dégagement d'odeur parmi les suites de l'incendie, "peut-être dans une moindre mesure que ce que nous avions connu en 2013". Il faut noter que des stocks de pentasulfure (avec du phosphore) étaient sur le site, mais heureusement déplacés par l’entreprise pour éviter le feu.

Dépôt de suie

Le nuage de fumée qui s'est propagé sur la région a laissé des dépôts de suie en quantité sur son passage. Dans l'agglomération de Rouen, les témoignages étaient nombreux d'habitants qui ont découvert leurs voitures, leurs balcons et leurs jardins noircis par la suie. Le préfet explique : "Pour les éleveurs, il leur a été demandé de rentrer les animaux et de sécuriser leur alimentation. Pour les agriculteurs et les récoltes, de laver les légumes et de suspendre les récoltes pour celles qui étaient concernées par le panache de fumée".

Une enquête est en cours

"L'enquête judiciaire permettra de comprendre la cause de cet événement" explique le préfet. En début d'après-midi, le parquet de Rouen annonçait l'ouverture de cette enquête : "L'origine du sinistre étant pour l'heure inconnue, une enquête en flagrance est confiée au service régional de police judiciaire de Rouen en co-saisine avec l'office contre les atteintes à l'environnement et à la santé publique, la direction centrale de la police judiciaire et la direction générale de la gendarmerie nationale du chef de destructions involontaires par l'effet d'une explosion ou d'un incendie."

Fermeture des établissements scolaires et transports en commun partiellement suspendus

Par mesure de précaution, de nombreux établissements scolaires (écoles, collèges et lycées) ont été fermés dès le début de journée dans l'agglomération de Rouen. Les écoles et crèches seront rouvertes lundi dans les douze communes du périmètre défini par la préfecture (voir plus bas). "Il s'agit simplement d'un maintien en vigilance" pour les personnes fragiles assure le préfet de Seine-Maritime. Dans l'après-midi, toutes les lignes du réseau de la TCAR ont été partiellement suspendues. Il s'agit d'assurer la sécurité des voyageurs et du personnel. Selon la CGT, une partie des chauffeurs de bus s'est plainte de malaise. Mais ce vendredi matin, le trafic reprend normalement

Par ailleurs, la ville de Rouen a décidé dès ce jeudi matin la fermeture des principaux équipements municipaux comme les bibliothèques et les parcs. C'est le cas aussi pour le 106 et le parc des expositions où se tient un salon de loisirs créatifs.   

Le pont Flaubert rouvert

Côté circulation, le pont Flaubert et la Sud 3 qui avaient été fermés hier sont rouverts. 

Les établissements scolaires (écoles , collèges, lycées) ainsi que les crèches sont fermés sur les communes suivantes :

  • Rouen rive-droite 
  • Bois-Guillaume 
  • Mont-Saint-Aignan 
  • Isneauville 
  • Quincampoix 
  • Saint-Georges-sur-Fontaine 
  • Saint-André-sur-Cailly 
  • La Rue-Saint-Pierre 
  • Saint-Germain-sous-Cailly 
  • Cailly 
  • Bosc-Guérard-Saint-Adrien 
  • Canteleu 
  • Bihorel
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu