Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : L'affaire Fiona

Procès Fiona : Cécile Bourgeon parle mais ne dit rien de nouveau

-
Par , France Bleu Pays d'Auvergne, France Bleu

Pour ce 8e jour de ce procès, la mère de la fillette a été interrogée sur les faits. Un interrogatoire attendu. Cécile Bourgeon a confirmé qu'elle n'avait jamais "tapé" Fiona et que le corps de la fillette a bien été enterré du côté du lac d'Aydat.

Le box des accusés de la cour d'Assises du Rhône
Le box des accusés de la cour d'Assises du Rhône © Radio France - Olivier Vidal

Le moment était attendu par beaucoup, notamment par le président de la cour Eric Chalbos. Très vite il interroge l'accusée, cherche la précision dans le récit. Cécile Bourgeon peine à être précise à propos des violences de son ex-compagnon, comme lors de ce premier échange : "La veille de la mort de Fiona, Berkane lui met un coup au thorax" explique Cécile Bourgeon. "Ah oui comment ?" réplique le président, "avec son genou en appuyant dessus" assure Cécile Bourgeon. "Ce n'est donc pas un coup mais une forte pression" conclut le président.

Des explications parfois floues

Les explications qui peuvent paraître floues également quelques instants plus tard quand elle est interrogée sur le nombre de faits de violence commis par Berkane Maklhouf : "Trois au total". Encore une fois, le ton est incertain. Il est plus affirmatif lorsque Cécile Bourgeon répond sur ses violences présumées : "Je n'ai jamais maltraité mes enfants, Fiona et sa sœur". Une affirmation qui, bien sûr, fera réagir les parties civiles.

Elle décrit la découverte du corps sans vie de la fillette le dimanche matin, et ce qu'il se passe après, "j'étais dans un état de sidération". Le président ne semble pas convaincu, la cour non plus.  

Pas de nouveaux éléments dévoilés

Tour à tour, les avocats des parties civiles viendront ensuite interroger l'accusée, tentant d'arracher quelques nouvelles informations comme ce fut le cas pour Yves Crespin, avocat de l'association "L'enfant bleu". Il tente : "Madame Bourgeon, êtes-vous sûre de nous avoir tout dit ?" Elle répond, "Oui."

Renaud Portejoie conclura cet exercice en faisant évoquer Fiona à sa cliente, les bons moments, les sourires, il y en a eu. Cécile Bourgeon qui aura un mot d'excuse pour le père de la petite fille, son ancien compagnon. Cécile Bourgeon s'est donc bien exprimée sur les faits pendant cinq heures ce jeudi mais n'a rien dit de nouveau, laissant un goût très amer dans la bouche des parties civiles, convaincues que la mère de Fiona ne dit toujours pas l'entière vérité.

Ce vendredi matin c'est Berkane Maklhouf, son ex-compagnon, qui sera interrogé.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess