Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Montrouge : L'agent qui a découvert la ceinture d'explosifs a eu le coeur qui s'est mis à battre violemment

-
Par , France Bleu Paris
Montrouge, France

Pour France Bleu 107.1, la responsable de l'agence de la Sepur revient sur les conditions dans lesquelles un agent municipal a retrouvé une ceinture d'explosifs ce lundi à Montrouge. Elle pourrait avoir appartenu à Salah Abdeslam dont le téléphone a été localisé près de là, le soir des attaques.

Une ceinture d'explosifs a été retrouvée rue Chopin à Montrouge
Une ceinture d'explosifs a été retrouvée rue Chopin à Montrouge © Maxppp - Jean-Baptiste QUENTIN

Les premières analyses l'ont confirmé. La ceinture d'explosifs retrouvée ce lundi à Montrouge est bien constituée de TATP, comme celles utilisées lors des attaques du 12 novembre à Paris et autour du Stade de France. Cette ceinture pourrait avoir été portée par Salah Abdeslam, soupçonné d'être l'un des auteurs des attentats et toujours en fuite depuis. Elle a en tout cas été retrouvée non loin d'un endroit où le téléphone portable de Salah Abdeslam a été localisé le soir des attentats. Il pourrait avoir jeté sa ceinture avant d'être "exfiltré" vers la Belgique. La nuit des attentats, il a été contrôlé avec deux amis à bord d'un véhicule vers Cambrai (Nord).

C'est un agent de la SEPUR, l'organisme de collecte de déchets, qui a découvert la ceinture d'explosifs, rue Chopin à Montrouge, dans un tas d'encombrants. "Au début, vu la consistance et comme c'était enveloppé, il a pensé d'abord à  des stupéfiants ,", raconte Sophie Debois, responsable de la SEPUR pour le secteur de Montrouge. "Ce qui l'a étonné ensuite, c'est qu'il y avait vu deux fils électriques qui raccordaient deux morceaux. Son cœur s'est mis à battre violemment et il  en a conclu, au vu du contexte actuel, que c'était peut-être un engin explosif."

Il a ensuite appelé son agent de maîtrise qui a prévenu les services de la Ville qui se sont déplacés et qui ont fait appel aux démineurs.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess