Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Center Parcs à Poligny : le tribunal administratif retoque le projet

-
Par , France Bleu Besançon

Le tribunal administratif de Besançon a rendu sa décision ce vendredi dans le projet de Center Parcs à Poligny, dans le Jura. Il annule le Plan local d'urbanisme, qui a rendu les terrains constructibles. Une victoire pour les opposants, réunis dans l'association Le Pic Noir.

Le projet de Center Parcs est lancé depuis cinq ans.
Le projet de Center Parcs est lancé depuis cinq ans. © Radio France - Laurent Philippot

Poligny, France

Le projet de Center Parcs a du plomb dans l'aile, à Poligny (Jura), avec cette décision du tribunal administratif de Besançon rendue ce vendredi, après l'audience du 14 mars. La justice administrative donne raison à l'association d'opposants Le Pic Noir et annule le Plan local d'urbanisme (PLU), qui a rendu constructible une zone de 88,9 hectares pour construire ce parc de loisirs, connu pour son centre aquatique.

Trop risqué pour l'écologie

Pour les juges, cette zone rendue constructible dans la forêt conduirait à _"la disparition d'un corridor écologique"_répertorié au schéma régionale de cohérence écologique de Franche-Comté, en raison de leur grandes richesses pour la faune et la flore. Un corridor essentiel pour les espèces protégées.

Par ailleurs, le tribunal estime que"les pressions humaine et sonore s'étendraient largement au-delà de la surface de 88,9 hectares", ce qui est illégal pour un vaste secteur naturel protégé.

Les partisans du projet peuvent maintenant faire appel.