Faits divers – Justice DOSSIER : Le projet Center Parcs à Roybon

Center Parcs de Roybon : la Cour d'appel confirme la suspension du chantier

Par Laurent Gallien, France Bleu Drôme-Ardèche et France Bleu Isère vendredi 16 décembre 2016 à 15:32

La justice n'autorise pas Pierre et Vacances à poursuivre son chantier à peine entamé
La justice n'autorise pas Pierre et Vacances à poursuivre son chantier à peine entamé © Radio France -

Après deux audiences, dont une avec sept magistrats la semaine dernière, la Cour d'Appel administrative de Lyon confirme ce vendredi la décision du Tribunal Administratif de Grenoble.

Lancé en 2007, le projet de Center Parcs à Roybon (Isère) cristallise les oppositions. Les opposants, défenseurs de l'environnement, dénoncent une emprise de 110 ha sur des zones humides "précieuses pour l’alimentation en eau potable de la région". Des riverains et élus locaux y voient, eux, une opportunité pour l'économie locale et des créations d'emplois. L’ouverture du parc était initialement prévue en 2011.

A l'automne 2014, après plusieurs procédures attaquant le permis de construire, un chantier de déboisement a été lancé puis rapidement stoppé par l'arrivée sur place de "zadistes". En juillet 2015, le Tribunal Administratif de Grenoble, saisi par la Fédération de pêche de la Drôme, l'association PCSCP (Pour des Chambarans sans Center Parcs) et la FRAPNA (Fédération Rhône-Alpes de protection de la nature), avait décidé de suspendre l'arrêté préfectoral accordant l'autorisation de chantier au titre de la loi sur l'eau. C'est cette décision qui est confirmée aujourd'hui par la Cour administrative d'appel de Lyon. Mettant un frein supplémentaire au projet.

Center Parcs de Roybon : explications après la décision de la CAA de Lyon

Ce parc de loisir Center Parcs dans les Chambarans, porté par le groupe Pierre & Vacances, s'il voyait le jour, serait constitué d'un dôme transparent, d'un village vacances de 1000 cottages sur plus de 200 hectares en zone rurale forestière. Il pourrait accueillir de 5000 à 6000 personnes.

À lire aussi