Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Centrale du Tricastin : les 34 militants de Greenpeace remis en liberté en attendant leur procès

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche, France Bleu

Les 34 militants de Greenpeace qui se sont introduits ce vendredi dans le site de la centrale nucléaire du Tricastin sont remis en liberté progressivement ce samedi, après avoir passé la nuit en garde à vue. Leur procès doit se tenir le 16 avril prochain.

Des militants anti-nucléaire se sont introduits dans l'enceinte de la centrale du Tricastin ce vendredi 21 février.
Des militants anti-nucléaire se sont introduits dans l'enceinte de la centrale du Tricastin ce vendredi 21 février. © Radio France - François Breton

Après avoir passé la nuit en garde à vue pour s'être introduits dans le site de la centrale nucléaire du Tricastin à Saint-Paul-Trois-Châteaux, les 34 militants de Greenpeace ont été relâchés ce samedi midi, selon l'ONG dans un communiqué. Le parquet de Valence n'a pas requis leur placement en détention. 

Des poursuites pour intrusion illicite

Le procureur de la République de Valence confirme que les remises en liberté sont en cours ce samedi, avec des mesures de contrôle judiciaire, en l'occurrence une interdiction de paraître à proximité des sites nucléaires. Alex Perrin précise également que les 26 militants qui sont entrés dans l'enceinte de la centrale sont poursuivis pour intrusion illicite sur un site nucléaire civil avec deux circonstances aggravantes : l'action en réunion et les dégradations. Ils risquent jusqu'à 5 ans d'emprisonnement. 

Les 8 militants qui sont restés à l'extérieur du périmètre interdit sont poursuivis pour complicité d'intrusion. Tous ont été convoqués pour une comparution devant le tribunal correctionnel le 16 avril prochain.

Une action avec disqueuses et tractopelles

Ce vendredi, les activistes ont fait semblant d'entamer le démantèlement de la centrale nucléaire, à l'aide de disqueuses, de pinces coupantes et de petits tractopelles. 90 gendarmes de la Drôme et du Vaucluse ont été mobilisés pour les interpeller. Selon EDF, les militants n'ont pas pénétré dans la partie nucléaire du site. Mais la date de cette action coup de poing n'a pas été choisie au hasard. La centrale du Tricastin fête les 40 ans de la mise en service de son réacteur n°1. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu