Climat – Environnement

L'incendie en passe d'être maîtrisé à Cerbère

Par Mathieu Ferri et Anne Jocteur Monrozier, France Bleu Roussillon et France Bleu vendredi 18 septembre 2015 à 9:01 Mis à jour le vendredi 18 septembre 2015 à 12:45

Incendie sur les hauteurs de Cerbère (Pyrénées-Orientales)
Incendie sur les hauteurs de Cerbère (Pyrénées-Orientales) © Max PPP

Le ministre de l'Intérieur est attendu ce vendredi dans la soirée à Cerbère (Pyrénées-Orientales), où les soldats du feu luttent toujours contre l'incendie qui a ravagé 150 hectares de garrigue et tué une femme sapeur-pompier volontaire jeudi soir. La piste criminelle est envisagée.

En début de matinée ce vendredi, les quelque 200 pompiers toujours présents sur place étaient sur le point de venir à bout des flammes près de Cerbère. A la mi-journée, le feu n'était plus actif. 

Grâce à l'appui des Canadair et bombardiers d'eau, la situation s'améliore. "Le feu est en passe d'être maîtrisé" déclarait au petit matin Josiane Chevalier, la préfète des Pyrénées-Orientales, interrogée par France Bleu Roussillon depuis le PC de crise installé à Cerbère.

"Le feu est en passe d'être maîtrisé. (...) La situation est totalement sous contrôle." (Josiane Chevalier)

L'incendie, très violent, a pris jeudi soir vers 21h en bordure de la RD914, la route départementale qui longe la Côte Vermeille. Les premières flammes auraient été aperçues près du Cap Peyrefite, non loin du centre de rééducation Bouffard-Vercelli.

La piste criminelle envisagée

Les maires de Banyuls-sur-Mer et Cerbère, ainsi que les pompiers, sont persuadés qu'il s'agit d'un incendie volontaire. L'élu de Banyuls, Jean-Michel Solé, précise qu'il y a eu deux départs de feu sur sa commune le jeudi après-midi. 

Sur France Bleu Roussillon ce vendredi matin, la préfète a indiqué pour sa part qu'il était "prématuré" d'émettre une hypothèse à ce stade sur l'origine des flammes. 

Une enquête ouverte par le Procureur de la République de Perpignan permettra de le préciser et de faire toute la lumière sur les circonstances du décès de Patricia Filippi, la sapeur-pompier volontaire décédée dans la nuit de jeudi à vendredi en luttant contre l'incendie.

Bernard Cazeneuve attendu sur place

Le ministre de l'Intérieur, attendu sur place vendredi en début de soirée, a rendu hommage ce vendredi matin à la victime, adressant ses "pensées en cet instant à ses trois enfants, à son époux et à tous ses proches", leur présentant également les "condoléances" du gouvernement.

"Patricia Filippi est morte au feu, fidèle à la devise des sapeurs-pompiers : Sauver ou périr." (Bernard Cazeneuve)

Le Premier ministre Manuel Valls a aussi salué le courage de la femme de 48 ans. 

A lire aussi :