Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Cette Stéphanoise est persuadée que son frère n'a pas été victime d'un "cambriolage qui a mal tourné"

mercredi 29 novembre 2017 à 22:05 Par Jeanne-Marie Marco, France Bleu Saint-Étienne Loire

Le Stéphanois Benoît Nayme a été retrouvé sans vie il y a un an dans sa maison en Angola. Sa famille n'a jamais cru au scénario d'un "cambriolage qui a mal tourné". Sa sœur est allée sur place pour comprendre.

Clémence Nayme est allée en Angola avec son avocat pour connaitre la vérité sur la mort de son frère
Clémence Nayme est allée en Angola avec son avocat pour connaitre la vérité sur la mort de son frère © Radio France - Jeanne Marie Marco

Saint-Étienne, France

La vie de la famille Nayme s'est arrêtée il y a un an jour pour jour, le 30 novembre 2016. Ce jour-là, Benoît Nayme, leur fils et frère, est retrouvé mort dans sa maison du Cabinda, une province d'Angola. La police angolaise parle tout de suite d'un "cambriolage qui a mal tourné" , mais très vite cette hypothèse semble impossible pour la famille.

Elle part en Angola visiter la maison

Le Cabinda est une province à risques. Les autorités angolaises conseillent d'abord à la famille de Benoît Nayme de ne pas venir tout de suite sur place. Ils suivent donc, depuis Saint-Etienne, l'avancée des investigations. Le brillant ingénieur stéphanois âgé de 26 ans travaillait pour Friedlander, une filiale du groupe Ortec chargée au Cabinda de fabriquer les tuyaux acheminant le pétrole jusqu'à la terre.

Benoît Nayme est retrouvé mort dans son lit le 30 novembre 2016, une plaie à la tête. C'est son collègue et colocataire qui le découvre sans vie. Une télévision, une tablette et un téléphone portable ont disparu alors que la maison était fermée à clé. La vitre de la chambre de Benoît est cassée mais le verre est retrouvé à l'extérieur "comme un cambriolage maquillé" , imagine Clémence Nayme la sœur de la victime qui décide de se rendre sur place.

La maison où Benoit Nayme a été retrouvé mort le 30 novembre 2016 en Angola - Aucun(e)
La maison où Benoit Nayme a été retrouvé mort le 30 novembre 2016 en Angola - Clémence Nayme

Clémence Nayme découvre alors une propriété très sécurisée " c'est une propriété entourée d'un mur d'enceinte de trois mètres de haut avec un gardien. La maison de Benoit et de son colocataire est tout au fond [...] et ensuite en rentrant dans la maison qui était fermée il faut pénétrer dans un petit couloir qui est cul-de-sac et passer devant les différentes chambres avant d'arriver [...] dans celle de Benoît donc ça ne colle pas avec l'histoire du cambriolage, c'est sûr c'est un assassinat".

TÉMOIGNAGE I Clémence Nayme explique que la maison de son frère était très sécurisée

Une collaboration entre la France et l'Angola

La famille Nayme veut connaître la vérité "tant qu'on ne connaîtra pas cette vérité et cette justice on continuera le combat et le vie reprendra différemment une fois qu'on saura cette vérité pour lui" , témoigne Clémence Nayme.

Pour ce faire, la famille a fait une demande d'entraide pénale internationale. Elle espère que les enquêteurs français et angolais pourront très vite collaborer : "une part de l'enquête est ici, le cœur de l'enquête est au Cabinda en Angola et je pense que la France pourrait apporter certains moyens et un soutien scientifique et logistique sur place". Les résultats de l'autopsie pratiquée le mois dernier en France, après un premier échec en Angola, n'ont toujours pas été dévoilés à la famille.