Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Challes-les-Eaux : un pilote de planeur se tue au décollage

mercredi 29 mars 2017 à 18:40 Par Marie Ameline, France Bleu Pays de Savoie et France Bleu

L'appareil avait décollé au treuil vers 13h30 ce mercredi. Quelques secondes après le largage, à 300 m au-dessus du sol, le planeur s'est mis en auto-rotation avant de piquer vers le sol et de s'écraser à proximité du terrain du 13e BCA. Le pilote, originaire de Haute-Savoie, était âgé de 55 ans.

L'aérodrome de Challes les Eaux
L'aérodrome de Challes les Eaux © Maxppp - PQR/DL

Challes-les-Eaux, France

Tout s'est passé vite sans que personne n'ait le temps de comprendre ce qui se passait. Pourtant, avec le beau temps, il y avait beaucoup de monde, de pilotes et appareils sur l'aérodrome, chacun à attendre son tour pour s'envoler, notamment les élèves de la classe aéro-planeur du lycée Monge de Chambéry.

Il était aux alentours de 13h30. Le planeur venait de décoller au treuil, c'est à dire à l'aide d'un câble qui, et la manœuvre est à chaque fois la même et très codifiée, tracte l'avion sur la piste puis le largue quand il a pris assez de vitesse et de hauteur. Ce mercredi après-midi, c'est juste après s'être désolidarisé du câble, que le planeur s'est mis en auto-rotation, à tourner sur lui-même comme une toupie, en même temps qu'il piquait du nez.

Ennui mécanique ou malaise ?

L'appareil n'étant pas très haut , entre 200 et 400 mètres, le crash était inévitable car impossible pour le pilote de redresser son planeur, si tant est, qu'il soit physiquement en mesure de le faire... Car, parmi les multiples hypothèses pour expliquer cet accident, les gendarmes de la brigade territoriale de Challes-les-Eaux et ceux de la brigade des transports aériens n'exclut pas celle d'un malaise.

Autres explications possibles: un ennui mécanique, un dysfonctionnement au niveau du treuillage qui aurait empêché le planeur de prendre suffisamment de vitesse ou encore, une brusque rafale de vent qui aurait déstabilisé l'avion.