Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Châlons-en-Champagne : de la prison ferme pour un routier auteur d'un accident mortel

mercredi 13 février 2019 à 17:37 Par Sylvie Bassal et Philippe Rey-Gorez, France Bleu Champagne-Ardenne

Un chauffeur routier lituanien écope de quatre ans de prison dont un an avec sursis pour homicide involontaire après un accident mortel de la route en septembre dernier à la sortie de Montmirail dans la Marne.

Le tribunal de Châlons-en-Champagne
Le tribunal de Châlons-en-Champagne © Radio France - Philippe Rey-Gorez

Châlons-en-Champagne, France

Un chauffeur routier lituanien a été condamné à de la prison ferme ce mercredi 13 février. Il comparaissait devant le tribunal correctionnel de Châlons-en-Champagne pour avoir causé la mort d'une femme de 86 ans lors d'un accident de la route à Montmirail en septembre dernier. Ivre au volant, il avait poursuivi sa route,  interpellé par les gendarmes à 40 kilomètres du lieu de l'accident. 

Incarcéré depuis le 6 septembre, il va rester derrière les barreaux. Le tribunal l'a condamné pour homicide involontaire avec circonstances aggravantes à quatre ans d'emprisonnement dont un avec sursis. Il lui est aussi interdit d'exercer son métier pendant ans.

Il est vrai qu'à l'audience, partie civile comme procureur n'ont pas manqué de soulever les nombreuses incohérences dans les explications du prévenu. L'homme prétend qu'il n'avait rien bu depuis la veille au soir. Pourtant, quand il a été interpellé, les taux d'alcoolémie mesurés étaient de 1,11 milligrammes par litre d'air expiré puis de 1,16. C'est donc qu'il était en phase ascendante, explique la procureure de la République. "Il ment en affirmant qu'il n'avait rien bu récemment."

Autre circonstance aggravante : le délit de fuite. Le camion s'est arrêté 200 mètres après l'accident, et est reparti quelques minutes plus tard.  Le prévenu explique  qu'il n'a pas réalisé qu'un accident s'était produit et que s'il s'est arrêté, c'était pour fumer une cigarette. _"Il raconte n'importe quoi ! "lance Maître Gérard Chemla, avocat de la famille de la victime. "Le choc a été extrêmement violent. Il est impossible qu'il ne se soit rendu compte de rien"._