Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Chambéry : l'autopsie ne révèle aucune trace de coup sur le corps de l'homme expulsé

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu Pays de Savoie, France Bleu

Les résultats de l’autopsie réalisée sur l’homme qui est mort mercredi après-midi à Chambéry lors de l’expulsion de son appartement, confirment un problème cardiaque.

L'immeuble de la victime quartier Bellevue à Chambéry
L'immeuble de la victime quartier Bellevue à Chambéry © Radio France - Christophe Van Veen

Chambéry, France

Au lendemain de la mort d’un homme de 52 ans à Chambéry lors de l'expulsion de son appartement par les policiers, le parquet de Chambéry annonce les résultats de l’autopsie. Selon le communiqué "le décès est lié à une dysfonction cardiaque. Et aucune trace de coup ou de violence n’a été relevée."

Le parquet de Chambéry insiste sur "l'énervement" de l'homme, sa "virulence", ses menaces contre l'huissier. Et parle de "coups de poings contre le mur et d’une vitre brisée." 

Il refusait de se laisser interpeller, il se débattait pour ne pas être placé dans le véhicule de la police. Après son malaise dans cette voiture, les policiers ont tenté de le ranimer, précise le parquet.

En communiquant tous ces éléments, la justice donne un début de réponse à la polémique sur une éventuelle bavure policière. Sur place, les témoins que nous avons rencontrés confirment qu'il n'y a pas eu de violence directe, mais que l'interpellation a eu lieu dans un contexte très tendu. En revanche, ils assurent que l'homme avait prévenu les forces de l'ordre de ses problèmes cardiaques. La direction de la police affirme le contraire. Ce point point sera sûrement au cœur de l’enquête de la police des polices. Le parquet termine d'ailleurs son communiqué en rappelant que les investigations sur les causes de la mort ne sont pas terminées.