Faits divers – Justice

Chambéry : procès de l'accident mortel de la Voie Rapide Urbaine qui a fait quatre morts le 13 avril 2012

Par Bleuette Dupin, France Bleu Pays de Savoie lundi 23 janvier 2017 à 0:50

Les opérations de secours etr de désincarcération prendront toute la journée du 13 avril 2012
Les opérations de secours etr de désincarcération prendront toute la journée du 13 avril 2012 © Maxppp - G. Gerbelot

Le chauffeur du camion à l'origine de l'accident du 13 avril 2012 sur la VRU de Chambéry et le directeur logistique de la société italienne de transport comparaissent ce lundi matin devant le tribunal correctionnel de Chambéry. L'accident a fait quatre morts et quatre blessés.

Le procès de l'accident sur la Voie Rapide Urbaine de Chambéry en avril 2012 débute ce lundi matin devant le tribunal correctionnel de Chambéry. La justice poursuit le chauffeur du camion qui a traversé la VRU, le responsable logistique de l'entreprise italienne de transport, et la société elle-même, Edil Tras. Mais l'entreprise basée à Pinerolo près de Turin a fait faillite l'année dernière et son ancien PDG n'est pas poursuivi, ce que regrettent les avocats de la défense.

Violente collision sur la VRU en pleine heure de pointe

Ce 13 avril, en pleine heure de pointe (il était environ 8h20) un camion immatriculé en Italie roule en direction d'Aix-les-Bains. Il traversé la VRU et franchit la glissière de sécurité, percutant quatre véhicules qui roulaient en sens inverse. Le choc est d'une extrême violence. L'accident fait quatre morts, dont une jeune femme enceinte de cinq mois, et quatre blessés.

L'enquête et les expertises ont montré que le camion était en très mauvais état. Lors de sa garde à vue, le chauffeur, qui arrivait d'Italie, a expliqué s'être rendu compte peu après le tunnel du Fréjus que les freins étaient défectueux. Il a fait cinq mois et demi de détention préventive. Cet homme de 54 ans comparaitra libre sous contrôle judiciaire, avec l'obligation de résider en France (il vit chez un proche en Bretagne) et l'interdiction de conduire un poids lourd.

L'ancien responsable logistique de l'entreprise sera interrogé par le tribunal sur les méthodes de management et l'état de la flotte de camions de l'entreprise qui employait 24 chauffeurs à cette époque. Pour l'avocat du chauffeur, Me Jean-Paul Calloud, le grand absent de ce procès c'est le PDG de la société qui n'est pas poursuivi et qu'il qualifie de bandit.

L'avocat du chauffeur du poids lourd italien, Me Jean-Paul Calloud

L'avocat de plusieurs familles de victimes Me Pierre Perez qui sont parties civiles que deux prévenus seront là pour apporter des explications

L'avocat de plusieurs familles de victimes, Me Pierre Perez

Le procès doit durer toute la semaine. Le jugement sera vraisemblablement mis en délibéré. La VRU enregistre 100 000 véhicules chaque jour dans les deux sens, et au moins 5 000 camions en transit.