Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Chambéry : un collectif veut faire la vérité sur la mort de Francine Portal, une employée municipale

jeudi 14 juin 2018 à 3:56 Par Camille André, France Bleu Pays de Savoie

La famille de Francine Portal, des amis et des syndicats sont en train de fonder un collectif pour réclamer la vérité sur la mort de cette employée municipale, décédée à son domicile en février dernier. Il s'agit a priori d'un suicide. Ses proches estiment que la municipalité a une responsabilité.

Catherine Portal, entourée d'anciens collègues et amis de sa sœur. Les syndicats soutiennent la création d'un collectif.
Catherine Portal, entourée d'anciens collègues et amis de sa sœur. Les syndicats soutiennent la création d'un collectif. © Radio France - Camille André

Chambéry, France

Après la mort d'une employée de la ville de Chambéry, un collectif est en train de se monter pour réclamer "vérité et justice pour Francine". En février dernier, Francine Portal, a été retrouvée morte à son domicile. Pour ses proches, il s'agit d'un suicide. Employée depuis 1990 à la municipalité, Francine Portal était en arrêt maladie depuis 5 mois. Son poste de cheffe des espaces verts avait été supprimé, début 2017  suite à une réorganisation de service. La famille comme les syndicats, accusent la municipalité d'avoir fait subir des pressions à Francine Portal et d'être responsable de son geste désespéré. Ils comptent porter plainte.

Un collectif pour la "vérité"

Lors de la découverte du corps, aucune autopsie n'a été réalisée car une fois avertie, la famille a souhaité procéder rapidement aux obsèques. Néanmoins des médicaments ont été retrouvés à proximité du corps. La sœur de Francine Portal a la certitude que Francine a mis fin à ses jours: "Elle avait très bien organisé les choses, notamment vis à vis de ses animaux", explique-t-elle. Catherine Portal assure par ailleurs que sa sœur vivait très mal la réorganisation de son service: "Dans un premier temps elle a été placardisée. Ensuite, elle qui était déléguée syndicale, on lui a confié une mission d'étude de la réorganisation du service d'entretien dont la conclusion était qu'il fallait externaliser au maximum et licencier des gens. Ce qui allait complètement à l'encontre de ses convictions personnelles". 

"On se doit vis à vis de Francine de connaître la vérité", estime Jean-Marie Lacambre, un ancien collègue de Francine Portal, cadre retraité de la ville de Chambéry. "Non ce n'est pas une mort naturelle, c'est un suicide, affirme-t-il avant de poursuivre, on pense que cette dépression nerveuse est intervenue après 14 ans de harcèlement avec des majorités municipales différentes, mais un processus continue qui a mené à cet épilogue dramatique". 

Les syndicats CGT, FO, CFDT et Sud s'associent à cette démarche et dénoncent également un "management par la peur" et des pressions liées aux contraintes budgétaires. 

La mairie assure avoir fait tout ce qui était en son pouvoir

Face à cette situation de crise, la mairie a fait appel à un cabinet de conseil. Elle assure qu'elle a mené beaucoup d'actions pour garder le contact avec Francine Portal pendant son arrêt maladie. D'autant que des syndicats l'avaient alertée sur l'état de santé de Francine Portal. 

D'après la cellule communication de la mairie, de nombreux mails et appels téléphoniques lui ont été adressés afin de lui proposer un bilan professionnel, mais aussi pour la mettre en contact avec la médecine préventive. Un signalement aurait même été effectué auprès des services sociaux .