Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Chambéry : un an de prison ferme pour avoir jeté des pierres sur des automobilistes depuis un pont

vendredi 26 janvier 2018 à 4:29 France Bleu Pays de Savoie et France Bleu

Trois très jeunes savoyards ont atteint 18 véhicules en quatre nuits début janvier. Ils ont été condamnés jeudi à de la prison ferme.

Un bloc de 5 kilos balancé depuis un pont qui enjambe l'A 41
Un bloc de 5 kilos balancé depuis un pont qui enjambe l'A 41 - D.R.

Chambéry, France

Un trio à la dérive a semé la panique début janvier (du 3 au 8 janvier) en balançant quatre nuits de suite à chaque fois une quarantaine de pierres sur les automobilistes qui roulaient sur l'A41 à hauteur de Sonnaz et la Voie Rapide Urbaine de Chambéry, au niveau du tunnel des monts. 

Les jeunes ont été jugés ce jeudi après-midi en comparution immédiate par le tribunal correctionnel de Chambéry.

Maintien en détention 

Le leader âgé de 19 ans est condamné à deux ans de prison dont un an ferme avec maintien en détention. Il faut rajouter deux mois de prison supplémentaires car un sursis d'une précédente affaire a été révoqué. Ses deux complices de 18 ans écopent de 18 mois de prison dont six mois fermes.  

Celui qui a participé aux quatre nuits punitives paie pour son casier judiciaire qui n'a pas plaidé en sa faveur. Mineur, il a été condamné pour des feux de poubelles. Livré à lui-même avec un père incarcéré et une mère partie, il gère ses jeunes frères. Il est celui qui a jeté le bloc de pierre de cinq kilos sur une voiture estimant que "ce serait le bouquet final, ça ferait un grand bruit". 

"On n'est pas des méchants, c'est _des jeux de cons_", explique l'un des gamins. Ils shootaient "des habitacles, pas des gens", plaide leur défense. Le grand voulait entendre le ploc-ploc des pierres sur les carrosseries "pour se défouler, pour décompresser". 

Des victimes traumatisées

Entre 23 heures et deux heures du matin, les désœuvrés, copains d'enfance, basés sur Chambéry, ont atteint 18 véhicules (dont un poids lourd) et traumatisé 24 personnes présentes dans les voitures. Ils balançaient les projectiles du haut d'un pont de sept mètres sur des véhicules en pleine vitesse entre 110 et 130 km/h. 

Les regrets de circonstance à la barre n'ont pas masqué l'irresponsabilité et le manque d'empathie des jeunes gens, plus prompts à se protéger d'une interpellation, qu'à porter secours à leurs victimes. 

Deux conducteurs ont été blessés. Le plus grièvement est un grenoblois, percuté par un bloc de cinq kilos. Il est parvenu miraculeusement à se garer, victime d'une fracture ouverte à l'humérus. Quinze jours après le choc, il nous confie ne plus se souvenir des minutes qui ont suivi l'accident. Il est en arrêt maladie pour au moins trois mois. Sa femme et sa fille paniquent à chaque fois qu'il faut rouler sous un pont.  Les nombreuses parties civiles présentes lors du procès témoignent de leur traumatisme. 

Cette automobiliste de Haute Savoie victime de deux impacts alors qu'elle conduisait son fils de trois ans et son mari

Un trou béant après un jet qui a failli être mortel - Aucun(e)
Un trou béant après un jet qui a failli être mortel - D.R.