Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Faits divers – Justice

Champagne : trois syndicalistes CGT soupçonnés de harcèlement chez Veuve Clicquot et Krug

jeudi 20 novembre 2014 à 11:12 Par Bénédicte Courret et Monique Derrien, France Bleu Champagne-Ardenne

Trois syndicalistes CGT des champagnes Veuve Clicquot et Krug sont soupçonnés de harcèlement moral. Dans ces prestigieuses maisons de champagne à Reims, des salariés, y compris des cadres, auraient été victimes de harcèlement pendant plus de deux ans. La date du procès a été révélée ce mercredi, ce sera le 9 janvier prochain.

Champagne Veuve Clicquot (illustration).
Champagne Veuve Clicquot (illustration). © By Ra Boe - Creative commons

Trois délégués CGT des champagnes Veuve Clicquot-Krug vont comparaître prochainement  devant le tribunal correctionnel de Reims pour harcèlement moral. Une quatrième personne doit être entendue par le SRPJ (service régional de la police judiciaire) de Reims ce jeudi pour harcèlement sexuel. Le procès des délégués du personnel de ce fleuron du groupe LVMH, le 9 janvier prochain, fait  suite à une longue enquête du SRPJ.

Dans ces prestigieuses maisons de champagne, Veuve Clicquot et Krug, à Reims, des salariés, y compris des cadres, auraient  été victimes de harcèlement pendant plus de deux ans. L'un d'entre eux a d'ailleurs dû être muté aprés une dépression nerveuse.

La CGT  : puissant syndicat du champagne

La CGT du champagne est en effet assez puissante pour déclencher un mouvement de grève d'un claquement de doigts, ce que les actionnaires du groupe LVMH n'apprécieraient pas du tout. Le syndicat majoritaire peut s'enorgueillir d'avoir su protéger les interêts des ouvriers les mieux payés de France, avec un comité d'entreprise qui gère, par exemple, un budget annuel de 1.600 euros par salarié. Seulement voilà, du pouvoir à l'abus de pouvoir il n'y a qu'un pas, et certains délégués l'ont franchi. Au point que les témoignages des victimes sont rares. Même si beaucoup d'entre elles ont fondu en larmes quand l'inspection du travail les a entendues.

"Vieille connasse"

En octobre dernier, France Bleu Champagne-Ardenne avait rencontré l'une de ces personnes qui ont dénoncé les agissements de la CGT chez Veuve Clicquot. Nadine Luzurier racontait alors son calvaire dans les vignes et la dépression profonde qui avait suivie. "Mon surnom c'était 'vieille connasse' " disait cette femme brisée.

►► À LIRE AUSSI : Témoignages - Champagnes Veuve Clicquot et Krug : la CGT mise en cause pour harcèlement

La longue enquête du SRPJ de Reims s'est terminée ce mercredi sur le renvoi devant le tribunal correctionnel de trois syndicalistes. La CGT, si prompte à alerter les médias d'ordinaire, se limite aujourd'hui à un communiqué qui dit tout le bien qu'elle pense d'elle-même.