Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Champignons : six cas d'intoxications en Isère depuis le début de l'automne

vendredi 28 octobre 2016 à 5:20 Par Maxime Bacquié, France Bleu Isère et France Bleu

Depuis le début de l'automne, le centre anti-poison de Lyon a déjà répertorié six cas d'intoxication en Isère liée à la consommation de champignons. Pour éviter de se tromper lors des sorties en forêt, il existe un réseau de mycologues bénévoles, qui accompagnent les cueilleurs.

Chaque année, les champignons tuent davantage en France que les morsures de vipères.
Chaque année, les champignons tuent davantage en France que les morsures de vipères. © Maxppp - Thierry Gachon

Pont-Évêque, France

Chaque année en France, les champignons tuent plus que les morsures de vipères, selon le centre anti-poison de Lyon. Avec une fin d''été relativement sèche, la saison a mis du temps à se lancer mais les épisodes pluvieux de ces derniers jours ont fait sortir les champignons un peu partout, et le nombre d'intoxications s'en ressent. On en dénombre plus d'une centaine au niveau national, dont six en Isère.

Il existe plus de 25 000 espèces différentes de champignons

En cas de doute sur un champignon, avant de le consommer, il faut le montrer à un pharmacien ou envoyer une photo sur un forum de mycologues. Certains mycologues peuvent même accompagner des sorties en forêt. C'est le cas de Bernard, membre de l'association Nature Vivante, basée à Pont-Evêque. Cet ancien biologiste, aujourd'hui retraité, organise des sorties dans la région, avec des cueilleurs du "dimanche", ce qui permet d'éviter de ramasser les champignons toxiques. Même si ce n'est pas toujours évident.

"L'important c'est de ramasser le champignon en entier, le pied est indispensable pour l'identification"

"Il existe plus de 25.000 espèces de champignons," explique Bernard, mycologue bénévole. "L'important c'est de bien ramasser le champignon en entier car le pied est très important pour l'identifier. Sans le pied, on ne peut pas toujours distinguer par exemple deux amanites. Certaines sont comestibles et très bonnes, d'autres non, comme la plus connu, l'amanite phalloïde."

Pas plus de 250 grammes par semaine

Bernard recommande également de se servir de deux paniers différents. "Un pour mettre les champignons dont on est sûr qu'ils sont bons, l'autre pour ceux qui semblent douteux." Sachant que même les champignons comestibles peuvent être toxiques. C'est pourquoi le centre anti-poison de Lyon rappelle quelques règles de base avant de les consommer. "Il faut les manger rapidement, les conserver au frais mais pas dans un sac plastique, pour éviter qu'ils pourrissent, les faire cuire et surtout, ne pas les manger en trop grosse quantité, quelle que soit l'espèce," conseille le Docteur Jean-Marc Sapori. Il est recommandé de ne pas consommer plus de 250 grammes de champignons par semaine, car ils restent relativement indigestes pour notre estomac.