Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Isère : l'adolescent de 14 ans électrisé mercredi à Chapareillan est décédé

samedi 12 mai 2018 à 11:14 Par Julien Morin, France Bleu Isère et France Bleu

Un adolescent de 14 ans, qui avait reçu une décharge de 20.000 volts et fait une chute de huit mètres mercredi à Chapareillan, est décédé. Il était monté sur un pylone électrique dans le hameau de Bellecombette. Annoncé en état de mort cérébrale, il est décédé dans la nuit de l'accident.

Pylones électriques dans un champ. Photo d'illustration.
Pylones électriques dans un champ. Photo d'illustration. © Maxppp -

Chapareillan, France

Mercredi, aux alentours de 15h30, cet adolescent âgé de 14 ans jouait dans un champ situé dans le hameau de Bellecombette à Chapareillan, avec des camarades. Alors qu'il grimpait sur un pylone, il est touché par un arc électrique, reçoit une décharge de 20.000 volts, et fait une chute de huit mètres. En arrêt respiratoire, les pompiers parviennent finalement à le ranimer avant de l'héliporter en urgence au service déchocage du CHU Grenoble-Alpes.

Le soir-même, le jeune garçon originaire de la commune est annoncé en état de mort cérébrale et placé sous assistance médicale. Une procédure de don d'organe est lancée, mais en vain. Son décès est prononcé dans la nuit de mercredi à jeudi, aux alentours de 2h du matin.

Une enquête est ouverte pour déterminer les circonstances du drame dans le cadre d'un simple "renseignement judiciaire" dans la mesure où il n'y a "pas de faute à reprocher à quiconque", a précisé le parquet.