Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Charente-Maritime : le forcené, retranché chez lui avec des proches, a été interpellé

vendredi 1 mars 2019 à 17:26 - Mis à jour le vendredi 1 mars 2019 à 18:19 Par Julien Fleury et Thomas Coignac, France Bleu La Rochelle et France Bleu

Après seize heures passées retranché chez lui avec des proches, le forcené d'Authon-Ebeon s'est finalement rendu vers 17h. De nombreux gendarmes étaient sur place depuis ce vendredi matin, pour tenter de le raisonner.

L'homme retranché a été interpellé ce vendredi à Authon-Ebéon.
L'homme retranché a été interpellé ce vendredi à Authon-Ebéon. © Radio France - Thomas Coignac

Authon-Ebéon, France

Après seize heures d'un inquiétant suspense à Authon-Ebéon, village de 400 habitants de l'est de la Charente-Maritime (entre Saintes et Matha), le forcené qui retenait chez lui quatre membres de sa famille a été interpellé peu après 17h. Le procureur de Saintes, Nicolas Septe, a tenu une conférence de presse dans la foulée, permettant de mieux comprendre ce qui s'est passé.

Vers 17h donc, l'homme âgé de 30 ans et sans emploi, est sorti de sa maison, en posant par terre le fusil de chasse et les cartouches en sa possession. Il retenait à son domicile quatre membres de sa famille : sa femme, mais aussi sa mère, sa sœur et le bébé de cette dernière, une fillette âgée de 10 mois. Quatre personnes retenues et non cinq comme annoncé précédemment. Les autorités ont été prévenues par un coup de fil de sa compagne vers 1h du matin ce vendredi.

L'homme, décrit comme alcoolique et solitaire par ses voisins, avait été suivi en psychiatrie. Il était également sous le coup d'une condamnation à une peine de trois mois de prison ferme pour vol et recel. Et c'est justement pour ne pas effectuer cette peine qu'il avait pris en otage les membres de sa famille

Examiné par les médecins, avant une éventuelle garde à vue

Les premiers sur les lieux étaient les gendarmes de Matha. Rejoints par l'équipe d'intervention du PSIG de Rochefort, et de deux médiateurs de la préfecture. Finalement le GIGN, venu de Satory, a été appelé sur place, pour tenter de convaincre le forcené de se rendre. Des négociations qui ont été fructueuses, avec la reddition du suspect peu après 17h. Nicolas Septe, explique que les négociateurs, ont offert des "garanties", au suspect, notamment celle qu'il n'y aurait pas de violence lors de son interpellation. Et effectivement, pendant 16 heures, aucun coup de feu n'a été tiré. 

Juste après sa reddition, ce sont les médecins qui ont pris en charge le forcené. Ce samedi matin, l'homme était toujours examiné au service psychiatrie d'un hôpital de Charente-Maritime. Les médecins doivent estimer son degré de responsabilité, et si son état est compatible ou non avec une garde à vue. Parallélement, l'épouse, la mère et la sœur du suspect sont interrogées par les gendarmes de Saint-Jean d'Angély, ce samedi, pou comprendre le déroulement des faits.  Le parquet de Saintes a ouvert une enquête pour violences volontaires avec arme et mise en danger de la vie d'autrui.