Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Charente-Maritime : les personnes retenues pendant la prise d'otage "ne se sont pas senties en danger"

dimanche 3 mars 2019 à 11:40 Par Thomas Coignac, France Bleu La Rochelle et France Bleu

Le suspect de la prise d'otage d'Authon-Ebeon, vendredi, est toujours examiné par des psychiatres, avant une éventuelle garde à vue. Une enquête pour séquestration a tout de même été ouverte par le Parquet de Saintes.

La place de la mairie d'Authon Ebeon a été bouclée pendant une bonne partie de la journée de vendredi.
La place de la mairie d'Authon Ebeon a été bouclée pendant une bonne partie de la journée de vendredi. © Radio France - Thomas Coignac

Authon-Ebéon, France

Au lendemain de la prise d'otage, qui a duré 16 heures, vendredi, à Authon-Ebeon, entre Saintes et Matha, les auditions des otages ont débuté, samedi. La mère, la sœur, et l'épouse du suspect ont été retenues, ainsi que sa nièce, âgée de 10 mois, avant la reddition du forcené, vers 17 heures vendredi. 

Selon le Parquet de Saintes, qui communique ce dimanche matin, "les personnes ayant été retenues par le forcené ne s’étaient a priori  pas senties en danger mais ne pouvaient pas non plus sortir de l’habitation". Le parquet a donc décidé d'ajouter la séquestration aux motifs de l'enquête. Vendredi soir, l'enquête ne concernait que des violences volontaires avec arme et la mise en danger de la vie d'autrui. Les victimes n'ont pas été blessées, ont confirmées les médecins urgentistes qui les ont examinées, mais feront l’objet d'une expertise psychologique. 

Trois armes retrouvées 

Pendant ce temps là, les perquisitions au domicile du suspect, âgé de 30 ans, ont permis de retrouver trois armes : deux fusils de chasse (calibre 12 et 16 mm) et une carabine à air comprimé, ainsi qu'une vingtaine de cartouches. Le suspect, lui, est toujours, depuis vendredi soir examiné à l'hôpital, par des médecins psychiatres. Ce sont eux qui décideront, a priori lundi, de son niveau de responsabilité, et donc, de son placement, ou pas, en garde à vue.