Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Charles Pieri condamné pour propos injurieux envers la veuve de Claude Erignac

mardi 11 septembre 2018 à 16:30 Par Pierre-Louis Sardi et Patrick Vinciguerra, France Bleu RCFM et France Bleu

Charles Pieri a été condamné par la justice ce mardi.Le militant nationaliste membre de l'exécutif du parti Corsica Libera, écope de 15.000 € d'amende. Le tribunal correctionnel de Bastia l'a reconnu coupable d'injure publique en raison de l’origine et du sexe, par voie électronique.

Le dirigeant nationaliste condamné pur propos injuriux sur tweeter
Le dirigeant nationaliste condamné pur propos injuriux sur tweeter © Maxppp - .

corse

Charles Pieri a été condamné mardi à 15.000 euros d'amende et à la confiscation des scellés dont son ordinateur pour un message insultant la veuve du préfet Erignac posté sur un compte Facebook lui étant attribué.

Injure publique

Jugé par le tribunal correctionnel de Bastia pour "injure publique en raison du sexe" et "injure publique en raison de l'origine" par voie électronique, Charles Pieri encourait un an d'emprisonnement et 45.000 euros d'amende.  Lors de l'audience en l'absence de Charles Pieri, la procureure de la république de Bastia avait requis cinq mois d'emprisonnement et 15.000 euros d'amende. Elle avait fustigé des "propos abjects, indignes, honteux, à vomir".

Un message Facebook publié dans la nuit du 6 au 7 février

Ce message comparait notamment Mme Erignac aux "femmes françaises ayant eu des relations sexuelles avec des soldats allemands pendant la Seconde Guerre mondiale". Il avait été publié dans la nuit du 6 au 7 février, après la cérémonie d'hommage au préfet Claude Erignac, assassiné 20 ans plus tôt et organisée en présence d'Emmanuel Macron.

"Un jugement de Salomon", pour Me Barbolosi

L'avocat de Charles Pieri, Me Eric Barbolosi, avait plaidé la relaxe. Il avait estimé que l'accusation n'avait pas prouvé que son client était le seul utilisateur du compte Facebook en question.

C’est une décision qui n’a pas voulu aller jusqu’à la relaxe parce qu’à mon sens, affirme l'avocat,  il y avait réellement discussion sur le fait de savoir si on pouvait considérer ses propos comme une injure envers la race et une injure envers le sexe. 

En même temps c’est une décision qui ne prononce pas de peine d’emprisonnement alors que le parquet avait requis 5 mois d’emprisonnement ferme. A ce niveau-là c’est donc un désaveu du parquet de Bastia , estime également Me Eric Barbolosi.

Au regard de la jurisprudence de la cour de cassation, on peut vraiment se poser la question de savoir si les propos qui lui étaient reprochés pouvaient être constitutifs d‘une injure en raison de la race ou une injure en raison du sexe. « A mon sens, au regard de la jurisprudence, ça ne l’était pas».

Me Eric Barbolosi, l'avocat de Charles Pieri

Charles Pieri a 10 jours pour faire appel de cette décision.