Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Propos injurieux sur Facebook : Charles Pieri sera jugé le 4 septembre

mercredi 25 avril 2018 à 14:16 Par Hélène Battini et Christophe Giudicelli, France Bleu RCFM

Le militant nationaliste a été placé en garde à vue ce mercredi matin au camp militaire de Borgo peu avant 11h, dans le cadre de l’enquête ouverte suite à la publication de propos injurieux sur Facebook à l'encontre de la veuve du Préfet Claude Erignac

Charles Pieri
Charles Pieri © Maxppp - maxppp

Corse, France

Communiqué du Parquet de Bastia  - Radio France
Communiqué du Parquet de Bastia © Radio France -

Charles Pieri, ancien dirigeant du FLNC est soupçonné d’être titulaire du compte Facebook "Di l'altu Pianu"qui a publié le message injurieux envers Madame Erignac, le 6 février dernier après une journée d’hommages au préfet assassiné en présence du Président de la République.

Une information judiciaire avait été ouverte par le parquet d’Ajaccio pour "injures publiques, injures en raison du sexe et de l’origine nationale". Rappelons que le texte compare Dominique Erignac aux femmes françaises ayant collaboré avec les Allemands pendant la Seconde Guerre mondiale.
 

Selon un communiqué de la procureure de la république de Bastia, Caroline Tharot, Charles Pieri, a "refusé de s'expliquer", comme lors de sa première garde à vue en février.  Il a été remis en liberté à 14h00. Les chefs d'accusation retenus contre lui sont "injure publique en raison du sexe" et "'injure publique en raison de l'origine" par voie électronique, des délits pour lesquels une peine maximale d'un an d'emprisonnement est prévue, ainsi qu'une amende de 45.000 euros. Il sera jugé le 4 septembre

Le 13 février dernier, Charles Pieri avait déjà été entendu par les gendarmes de Ghisonaccia dans cette affaire et des perquisitions avaient été menées à son domicile. Ce mercredi matin, une trentaine de militants nationalistes de Corsica Libera, se sont réunis devant le camp militaire de Borgo pour soutenir le leader indépendantiste.