Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Charleville-Mézières: un agent du CCAS incarcéré pour des soupçons d'agressions sexuelles sur personnes âgées

-
Par , France Bleu Champagne-Ardenne
Charleville-Mézières, France

Un agent du Centre Communal d'Action Sociale de Charleville-Mézières dans les Ardennes a été mis en examen pour "agressions sexuelles sur personne vulnérable par personne ayant autorité". Il a été placé en détention provisoire.

Un agent du CCAS soupçonné d' agressions sexuelles sur des femmes âgées
Un agent du CCAS soupçonné d' agressions sexuelles sur des femmes âgées

Un homme de 56 ans, agent au sein de CCAS de Charleville-Mézières a été mis en examen et incarcéré dans le cadre d'une information judiciaire ouverte pour des agressions sexuelles sur personnes vulnérables par personne ayant autorité. Un agent chargé du portage de repas au domicile de personnes âgées. Des femmes isolées, parfois handicapées qui ,aujourd'hui , ont décidé de porter plainte.

Elles sont quatre pour l'instant, mais d'autres plaintes et récits pourraient venir nourrir l'information judiciaire. Pour le magistrat instructeur, il s' agit de savoir quand les faits ont démarré, à quelle fréquence et sur combien de personnes âgées. L'une des victimes datent les premiers faits de janvier 2015. Une autre ajoute que "c'était tous les jours ".

Des femmes âgées et vulnérables

L'enquête devra aussi permettre d'éclairer la personnalité de cet agent qui reconnait les faits mais ne semblerait pas , selon le procureur de la République, en mesurer la gravité .

Dans un communiqué, le CCAS précise que "la plainte initiale a été déposée le jeudi 13 avril et que le jour même des mesures ont été prises pour cantonner l' agent à des tâches administratives". L'agent étant ainsi tenu à l' écart du public. "En découvrant l'ampleur et la gravité des faits reprochés, le CCAS a pris de nouvelles mesures afin de suspendre l' agent en cas de sortie de détention provisoire."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess