Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
L'ancien président de la République Valéry Giscard d'Estaing est mort à l'âge de 94 ans "des suites du Covid"
Dossier : Procès des attentats de janvier 2015

Attentats de janvier 2015 : Charlie Hebdo publie à nouveau les caricatures de Mahomet

-
Par , France Bleu

A la veille de l'ouverture du procès des attentats de janvier 2015, Charlie Hebdo republie les caricatures de Mahomet dans son numéro à paraître ce mercredi. Les dessins satiriques avaient fait de l'hebdomadaire une cible des jihadistes.

Alors que s'ouvre mercredi le procès des attentats de janvier 2015, Charlie Hebdo republie les caricatures du prohète Mahomet
Alors que s'ouvre mercredi le procès des attentats de janvier 2015, Charlie Hebdo republie les caricatures du prohète Mahomet © AFP - Marie Magnin / Hans Lucas

Alors que s'ouvre mercredi 2 septembre le procès des attentats de janvier 2015, Charlie Hebdo publie à nouveau les caricatures de Mahomet qui lui avaient valu d'être pris pour cible par les jihadistes. "Nous ne nous coucherons jamais. Nous ne renoncerons jamais", écrit Riss, le directeur de l'hebdomadaire satirique dans ce numéro, titré Tout ça pour ça, à paraître en kiosques mercredi. 

"La haine qui nous a frappés est toujours là et, depuis 2015, elle a pris le temps de muer, de changer d'aspect pour passer inaperçue et poursuivre sans bruit sa croisade impitoyable" poursuit-il. 

Ces douze caricatures avaient été initialement publiées en 2005 dans le quotidien danois Jyllands-Posten, puis reprises par Charlie Hebdo en 2006. Elles représentent le prophète Mahomet portant une bombe au lieu d'un turban, ou en personnage armé d'un couteau flanqué de deux femmes voilées de noir. En plus de ces caricatures, l'hebdomadaire reproduit un dessin du prophète signé Cabu, tué dans l'attentat du 7 janvier 2015. 

"On nous a souvent demandé depuis janvier 2015 de produire d'autres caricatures de Mahomet. Nous nous y sommes toujours refusés, non pas que cela soit interdit, la loi nous y autorise, mais parce qu'il fallait une bonne raison de le faire, une raison qui ait un sens et qui apporte quelque chose au débat", peut-on lire dans un article de ce numéro signé par la rédaction du journal.

"Reproduire cette semaine de l'ouverture du procès des attentats de janvier 2015 ces caricatures nous a alors semblé indispensable", ajoute l'équipe de Charlie Hebdo. Elle estime que ces dessins ont valeur de "pièces à conviction" pour ses lecteurs et les citoyens dans leur ensemble.

De nombreuses réactions 

La décision de publier à nouveau ces caricatures a fait réagir. "Mille bravos" a twitté Zineb El Rhazaoui, ancienne journaliste de l'hebdomadaire, y voyant une "victoire" pour le droit au blasphème. Idem pour Philippe Val, ancien directeur de Charlie Hebdo, qui a salué une "idée remarquable" pour défendre la liberté de penser et d'expression face à la "terreur". 

Réaction à la tonalité différente pour Mohammed Moussaoui, le président du Conseil français du culte musulman (CFCM). Il a appelé à "ignorer" ces caricatures, tout en condamnant le terrorisme. "La liberté de caricaturer est garantie pour tous, la liberté d'aimer ou de ne pas aimer (ces caricatures, ndlr) également. Rien ne saurait justifier la violence", a-t-il déclaré à l'AFP.

Quelques mois après leur publication au Danemark, les caricatures en question avaient provoqué de violentes manifestations dans plusieurs pays musulmans. Idem en France quand Charlie Hebdo les avait publiées à son tour, ce qui avait fait du journal une cible du jihadisme. L'islam sunnite interdit strictement la représentation des prophètes et se moquer de Mahomet est vu comme passible de la peine de mort. 

Le 7 janvier 2015, l'équipe de Charlie Hebdo a été décimée lors d'un attentat. Parmi les victimes, les dessinateurs Cabu, Charb, Honoré, Tignous et Wolinski. En réaction, un mouvement de soutien sans précédent avait vu le jour en France et à l'étranger en faveur du journal satirique. 

Le procès de l'attentat jihadiste contre Charlie Hebdo, qui avait fait 12 morts le 7 janvier 2015, suivi des attaques qui ont ciblé une policière à Montrouge et un magasin Hyper Cacher, s'ouvre mercredi à Paris et durera jusqu'au 10 novembre pour juger quatorze accusés.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess