Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Charnier à la fac de médecine Paris-Descartes : des familles manifestent en silence

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Paris

Trois mois après la révélation du scandale du centre de don des corps de Paris-Descartes, 35 familles de défunts ayant légué leur corps à la science se sont rassemblées en silence jeudi matin devant la prestigieuse université parisienne.

Une salle de dissection de la faculté de médecine de Paris-Descartes, en 2001
Une salle de dissection de la faculté de médecine de Paris-Descartes, en 2001 © Maxppp - Luc Nobout

Le rendez-vous était fixé à 11h30 ce jeudi devant la Faculté de médecine de la rue des Saint-Pères (6e arrondissement) et une centaine de personnes ont répondu à l'appel.

Des familles se sont rassemblée là où les corps de leurs proches en décomposition ont été découverts fin 2016. L'affaire n'était sortie dans la presse qu'en novembre 2019 grâce au magazine L'Express. Depuis, des dizaines de familles ont porté plainte contre X pour "atteinte à l'intégrité d'un cadavre". 

Les familles se sont rassemblées devant Paris-Descartes - Aucun(e)
Les familles se sont rassemblées devant Paris-Descartes -

Car c'est bien la dignité des disparus qui a été bafouée : des milliers de cadavres étaient conservés dans des conditions déplorables au 5e étage du bâtiment. Une réalité encore difficile à digérer pour les proches des donneurs. Carolkim Tran-Garrel, la fille de l'acteur Maurice Garrel décédé en 2011, a témoigné ce jeudi sur France Bleu Paris.

"On a dépassé le stade de la colère, on est atterrés, on souffre beaucoup. Quand on apprend ça c'est un deuxième décès. On demande l'ouverture d'une information judiciaire pour qu'un juge d'instruction soit nommé, car là depuis que l'histoire est sortie il n'y a pas un mot des pouvoirs publics, c'est comme si on n'existait pas. Et puis on voudrait aussi une traçabilité des corps, et une vraie législation pour encadrer ce don des corps."

Un rassemblement est prévu jeudi matin devant la prestigieuse Fac de médecine de la rue des Saint-Pères. - Maxppp
Un rassemblement est prévu jeudi matin devant la prestigieuse Fac de médecine de la rue des Saint-Pères. © Maxppp - Julien Duffe

Les familles veulent des réponses et des sanctions

Carolkim Tran-Garrel, comme les autres proches des victimes, cherche avant tout à comprendre comment cette situation a pu se produire.

"Je suis allée à Descartes pour avoir des explications et les gens qui m'ont reçu étaient très mal à l'aise, le monsieur transpirait énormément et ne me regardait pas dans les yeux." 

La fille de Maurice Garrel ne demande pas d'argent, mais des sanctions pour les responsables.

"Les responsables sont par exemple Frédéric Dardel, ou avant Axel Kahn. Ils ne peuvent pas dire qu'ils ne savaient pas, c'est trop facile. En général on sait ce qui se passe dans sa maison, sinon on n'a rien à y faire. Ce sont des gens qui gagnent beaucoup d'argent, ils doivent aller en prison. On doit leur enlever la légion d'honneur, et surtout il faut qu'ils ne puissent plus travailler nulle part."

Le centre de don des corps est frappé d'une fermeture administrative depuis le mois de décembre. Et ce jeudi, Radio France et l'Express font de nouvelles révélations. Le service a fait l'objet d'un étrange cambriolage il y a plusieurs semaines, des archives se sont volatilisées. Comme si quelqu'un avait voulu détruire des preuves.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu