Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Chasse : deux surfeurs pris pour des faisans sur la presqu'île de Crozon

lundi 22 octobre 2018 à 21:38 Par Emmanuel Grabey, France Bleu Breizh Izel, France Bleu et France Bleu Armorique

Deux surfeurs ont eu la peur de leur vie dimanche matin, sur la presqu'île de Crozon : ils affirment avoir été pris pour cible par deux chasseurs qui les ont pris pour des faisans. Les tireurs maintiennent qu'ils visaient un oiseau qui prenait son envol.

Frédéric Habasque est persuadé d'avoir été visé directement
Frédéric Habasque est persuadé d'avoir été visé directement © Maxppp - Lionel Vadam

Crozon, France

Son histoire a enflammé les réseaux sociaux ! Depuis dimanche soir, le récit de Frédéric Habasque, un malouin d'une quarantaine d'années a été partagé plus de 1 500 fois sur Facebook, et a ouvert un nouveau front entre chasseurs et militants antichasse. 

Pourtant, dimanche matin, Frédéric Habasque était ravi de la journée qui commençait. "On s'était levé tôt avec un ami pour aller profiter des vagues sur la plage de Lostmarc'h", raconte-t-il, "le soleil était rasant, il y avait des petits bancs de brume qui s'accrochaient un peu partout, c'est très beau à cette heure-là en général". Quand à mi-chemin, ils entendent un coup de feu qui les fait se jeter à terre tous les deux. "On a eu le même réflexe en même temps, et on a entendu des plombs tomber à 50cm de nous."

Plutôt que de s'excuser, les chasseurs partent se cacher

Quand ils se relèvent, ils voient deux chasseurs à 150 ou 200m d'eux. "Ils nous regardaient l'air ahuri", se souvient Frédéric Habasque, "je suis complètement sorti de mes gonds, et j'ai commencé à les incendier de bêtises, ça a duré deux à cinq minutes non-stop. Ils ne répondaient pas, jusqu'à ce qu'ils finissent par me dire 'Ta gueule !', et qu'ils s'en aillent se cacher dans les broussailles, ce qui m'a rendu encore plus énervé".

Après quelques secondes d'hésitation, le surfeur et son ami jugent qu'il n'est pas prudent de courir après des hommes armés, sans savoir comment les choses pourraient tourner. Ils décident donc d'appeler les gendarmes pour faire constater les faits, mais sans porter plainte : leur but est d'alerter, pas de prendre position. "Est-ce que c'est bien la chasse, pas bien la chasse, ce n'est pas le sujet ! Par contre, est-ce que c'est normal de devoir faire attention à ne pas se faire tirer dessus quand on se promène dans les chemins ?"

Avec le soleil rasant, la visibilité est limitée

Car si la société de chasse de Crozon affirme que les deux tireurs visaient en fait un faisan qui s'envolait, et que ce sont simplement les plombs qui sont tombés sur les surfeurs, Frédéric Habasque est persuadé d'avoir été visé. "Je n'ai jamais entendu un coup de feu aussi fort de toute ma vie, alors que ça fait 40 ans que je vis à la campagne, et que les tirs de chasse ne m'ont jamais dérangé. Là, pour qu'on ait tous les deux un tel coup de frousse, et qu'on se jette à terre, c'était vraiment un moment particulier !"

D'autant que selon lui, à 100 ou 150 mètres de distance, la visibilité est limitée. "Quand on est monté au parking pour appeler les gendarmes, on a vu d'autres surfeurs passer, et avec le soleil rasant dans les yeux, dans les buissons de 1,5m de haut, seules les têtes dépassent, on peut confondre les gens qui se promènent avec un lapin ou un faisan".

Si son témoignage suscite énormément de commentaires passionnés sur Facebook, certains en venant même à mettre en doute son histoire, Frédéric Habasque tient à alerter : "C'est irresponsable de leur part ! La dame qui nous a prêté son téléphone pour joindre les gendarmes a voulu descendre un peu plus tard, elle a entendu un coup de feu, elle a eu peur, elle est remontée... Soit nous sommes tous des paranoïaques hystériques, soit il est anormal que des gens tirent dans des endroits aussi fréquentés. Un groupe d'une quinzaine de joggeurs est passé juste après, eux étaient habillés en fluo".

En surf, on porte des combinaisons noires, on ne va pas se mettre à porter du fluo, des grelots, des trompettes pour que les chasseurs ne nous confondent pas avec des animaux ! Ce n'est pas dans ce sens-là que ça doit fonctionner" - Frédéric Habasque

Contactée, la société de chasse de Crozon n'a pas souhaité répondre à nos questions. Elle se borne à indiquer que les deux tireurs ne visaient pas directement Frédéric Habasque et son ami, mais bien un faisan qui s'envolait.