Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Châteauroux : enquête ouverte après l'incendie criminel d'un immeuble du quartier Saint-Jacques

mardi 6 novembre 2018 à 3:22 Par Carl Dechâtre, France Bleu Berry

Un drame évité de justesse à Châteauroux dimanche soir. Une cinquantaine de familles réparties dans les 16 logements d'un immeuble de sept étages du quartier Saint-Jacques sont restées bloquées par le feu qui ravageait leur cage d'escalier. La piste criminelle est clairement privilégiée.

La façade noircie témoigne de l'intensité du brasier qui a pourtant duré un peu moins de 3/4 d'heure
La façade noircie témoigne de l'intensité du brasier qui a pourtant duré un peu moins de 3/4 d'heure © Radio France - Carl Dechâtre

Châteauroux, Indre, Centre-Val de Loire, France

La cinquantaine de locataires de cet immeuble du quartier Saint-Jacques le savent, on a frôlé la catastrophe dimanche soir (04/11) à Châteauroux après  un violent incendie qui, selon toute vraisemblance, serait d'origine criminelle. Si en façade, les dégâts - déjà impressionnants - semblent limités au rez-de chaussée et au premier étage, ce sont bien tous les habitants présents dans les 16 logements qui se sont retrouvés prisonniers  des flammes entre 22h et 22h45. Et beaucoup doivent probablement leur salut à la rapide intervention des  pompiers et leur simple porte d'entrée qui a pu les préserver de la fournaise qui a ravagé leur cage d'escalier depuis le rez-de chaussée jusqu'au septième et dernier étage. Trois quarts d'heure qui ont paru une éternité à beaucoup d'entre eux.

Les parties communes (hall et cage d'escalier) ont été ravagées par les flammes depuis le rez-de-chaussée jusqu'au 7e et dernier étage - Radio France
Les parties communes (hall et cage d'escalier) ont été ravagées par les flammes depuis le rez-de-chaussée jusqu'au 7e et dernier étage © Radio France - Carl Dechâtre

Enquête ouverte

Au lendemain du sinistre, une enquête est en cours, les témoins parlent d'un premier début d'incendie parti du local à vélo qui donne sur le hall d'entrée à 18h avant une récidive à 22h. Ce feu, peut-être aidé par la présence de comburants type white spirit dans le local, s'est propagé en quelques minutes à la cage d'escalier. 

Le feu est parti du local à vélo, un acte très probablement criminel - Radio France
Le feu est parti du local à vélo, un acte très probablement criminel © Radio France - Carl Dechâtre

Le bailleur social Scalis qui a porté plainte dès lundi matin a fait appel à des artisans pour pallier au plus pressé : déblayer les décombres, aménager un passage dans la cage d'escalier ravagée pour permettre à la majorité des habitants de regagner au plus vite (dès ce mardi soir ?) leurs logements. 

L'entrée de l'immeuble jouxte le local à vélo d'où est parti l'incendie - Radio France
L'entrée de l'immeuble jouxte le local à vélo d'où est parti l'incendie © Radio France - Carl Dechâtre

Des logements qui pour la plupart et à l'exception de leurs portes d'entrée n'ont pas trop souffert.

Soutien de la mairie et de Scalis

Le maire de Châteauroux, Gil Avérous ainsi que Patrick Rullaud, directeur-adjoint de la Scalis sont venus apporter leur soutien et répondre aux questions des habitants après cet incendie. 

le maire de Châteauroux Gil Avérous (à droite), est venu soutenir et écouter les habitants sinistrés - Radio France
le maire de Châteauroux Gil Avérous (à droite), est venu soutenir et écouter les habitants sinistrés © Radio France - Carl Dechâtre

Des habitants qui doivent au plus vite, si ce n'est déjà fait, prévenir leurs assurances. Au moins 2 locataires devront cependant être relogés : un habitant du premier étage dont l'appartement a été ravagé par les flammes et une dame agée, à mobilité réduite, dont l'appartement, au 7e étage, est devenu inaccessible en raison de la destruction de l'ascenceur.