Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Châteauroux : six mois de prison ferme pour avoir causé un accident mortel

mercredi 7 novembre 2018 à 17:41 Par Jonathan Landais, France Bleu Berry

Un jeune homme de 22 ans a été condamné à six mois de prison ferme ce mercredi par le tribunal correctionnel de Châteauroux. Il était jugé pour homicide involontaire pour un accident ayant fait deux morts et un blessé grave en décembre 2017 à Neuvy-Saint-Sépulchre dans l'Indre.

Le jeune automobiliste a été reconnu coupable d'imprudence.
Le jeune automobiliste a été reconnu coupable d'imprudence. © Radio France - Jonathan Landais

Neuvy-Saint-Sépulchre, France

L'audience qui s'est tenue ce mercredi au Tribunal correctionnel de Châteauroux était particulièrement poignante. Un jeune homme de 22 ans a été condamné à six mois de prison ferme pour avoir causé un accident mortel en décembre 2017, sur la RD74 à Neuvy-Saint-Sépulchre. Le choc frontal entre deux véhicules avait fait deux morts et un blessé grave.  

Reconnu coupable d'imprudence

Ce matin là, vers 5h, le jeune homme se rend à son travail, l'usine Balsan située à Arthon, dans l'Indre. Il fait nuit, il pleut, la chaussée est humide. Il est au volant de sa Mercedes coupée sport de 190 chevaux, et il roule à une vitesse excessive, évaluée par les experts à 95 voire 100 km/h, alors qu'il est titulaire d'un permis probatoire et que pour lui la vitesse est limitée à 80 km/h.

Le choc est particulièrement violent

La voiture arrivant en face, une Peugeot 407, est projetée sur une distance de 30 mètres. A l'intérieur se trouvent trois collègues, eux-mêmes salariés de Balsan, qui se rendaient eux-aussi sur leur lieu de travail, ils faisaient du covoiturage. Deux d'entre eux sont mort, tous les deux étaient parents. Un autre s'en sort miraculeusement.

"Je suis mitigé entre... chanceux d'être là... et malchanceux d'être dans cet état là", confie à notre micro cet homme de 41 ans, présent à l'audience. Il n'a jamais repris le travail depuis un an, il souffre encore aujourd'hui de graves séquelles physiques. "J'ai le bras droit en cours de rééducation, au niveau des côtes j'ai des agrafes en titane et ça... ça reste à vie, les poumons ont été réduits".

Je me sens mal depuis l'accident"

A l'audience, le jeune conducteur s'excuse et pleure : "je n'ai aucun souvenir de l'accident, et depuis je me sens mal, dit-il, je n'ai jamais repris le volant". A l'époque, le jeune homme reconnaît qu'il avait l'habitude de rouler au dessus de la limitation. Les tests d'alcool et de stupéfiants se sont révélés négatifs, son casier judiciaire est vierge. Mais le tribunal a jugé qu'il avait fait preuve, ce jour-là, d'une réelle imprudence et le condamne à six mois de prison ferme.

La peine prononcée (36 mois dont 30 avec sursis) est aménageable. Le jeune homme va être convoqué devant un juge d'application des peines. Par ailleurs son permis de conduire a été annulé et il a interdiction de le repasser avant un an. Pour les dommages et intérêts des familles de victimes (présentes à l'audience), une audience a été fixée au 22 février prochain.