Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Châtellerault : 10 mois de prison ferme pour avoir frappé et mordu des policiers

-
Par , France Bleu Poitou

Un homme et sa sœur ont été jugés en comparution immédiate au tribunal de Poitiers pour avoir frappé des policiers le week-end dernier. L'homme a été condamné à 14 mois de prison dont 10 fermes avec mandat de dépôt.

Les deux prévenus ont été jugés en comparution immédiate au tribunal de Poitiers.
Les deux prévenus ont été jugés en comparution immédiate au tribunal de Poitiers. © Radio France - Baudouin Calenge

Châtellerault, France

Un homme et sa sœur ont été jugés ce lundi en comparution au tribunal de Poitiers pour des faits qui se sont produits dans la nuit du samedi 11 au dimanche 12 janvier. Ils étaient accusés d'avoir frappé et mordu deux policiers 

Soirée d'anniversaire

Pour les 18 ans du fils du prévenu, la famille est réunie chez son ex-compagne à Châtellerault. C'est elle qui appelle la police vers 1h du matin : son ex se dispute avec sa propre sœur, et ne veut pas quitter la maison. Quand les policiers arrivent, ils tentent de le faire sortir, mais l'homme se débat et frappe le gardien de la paix à la lèvre. Les insultes et les menaces de mort à l'encontre des agents pleuvent. Ils parviennent finalement à le maîtriser au sol. A ce moment-là, le prévenu mord violemment la brigadière au doigt, si fort qu'elle ne parvient pas à s'en défaire. C'est aussi à cet instant que la sœur du prévenue arrive et assène un coup de poing dans la nuque de la policière. 

Il faut l'arrivée de renforts pour que les deux personnes soient maîtrisées. A l'hôpital, l'homme est de nouveau violent : il donne un coup de pied à l'infirmière qui le soigne.

1,26 g d'alcool par litre de sang

"A cause de l'alcool, ça m'a emmené à faire des bêtises" déclare le prévenu ; "je ne bois jamais en temps normal, j'ai rien vu arriver", explique sa sœur. Effectivement, les doses d'alcool sont importantes : trois heures après leur interpellation, ils ont encore respectivement 0,65 et 0,69 grammes d'alcool par litre de sang

Assis sur un banc, les deux policiers sont là, la brigadière avec une minerve, une atèle à la cheville et le doigt dans un gros pansement. C'est leur avocate qui s'exprime à leur place : "Le renfort classique, et je dirais confortable, c'est l'alcool". Elle met en avant les blessures physiques de ses clients, mais aussi les traumatismes : sa cliente notamment, n'a pas été dépistée pour le VIH et les autres MST à la suite de sa morsure. 

Déjà soigné pour son alcool en 2013

Le prévenu est déjà passé à cinq reprises devant la justice, à chaque fois pour des faits de violence avec alcool. Trois fois rien qu'en 2011. Il avait été dans l'obligation de se soigner. "Ça ne sert à rien de décider d'une peine qui ne remédie pas aux causes" défend son avocate. 

La prévenue, elle, explique qu'elle est en formation professionnelle depuis septembre pour retrouver du travail, ce qui est mis en avant par son avocate. 

Après presque une heure de délibérations, les juges rendent leur décision : l'homme écope de 14 mois de prison, dont 10 fermes avec mandat de dépôt, et 4 avec sursis avec mise à l'épreuve et obligation de soins en lien avec l'alcool. Sa sœur, elle, est condamnée à 4 mois fermes, sans mandat de dépôt pour pouvoir terminer sa formation

L'homme est également condamné à verser 800€ à titre de provision pour la policière, et tous les deux doivent vers 1.000€ à la brigadière, et 600€ aux deux agents pour couvrir les frais d'avocats. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu