Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Chenôve prolonge son couvre-feu pour les mineurs jusqu'au 18 août

-
Par , France Bleu Bourgogne

Le maire de Chenôve a décidé de prolonger jusqu'au 18 août l'interdiction de circuler dans certains quartiers pour les jeunes de moins de 18 ans non accompagnés, entre 22 heures et 6 heures. Une quarantaine de CRS ont été déployés pour ramener le calme.

Thierry Falconnet, maire de Chenôve
Thierry Falconnet, maire de Chenôve © Radio France - Lucas Martin-Brodzicki

Chenôve, France

La mairie de Chenôve a prolongé jusqu'au 18 août 2019 le couvre-feu pour les jeunes de moins de 18 ans non accompagnés, entre 22 heures et 6 heures. L'arrêté municipal ne couvre pas complètement la commune aux portes de Dijon mais il concerne particulièrement le quartier du Mail où les violences urbaines se multiplient depuis le mois de juin.

Les jeunes de moins de 18 ans doivent être accompagnés la nuit d'un parent ou d'un représentant légal. L'arrêté n'a pas suffi à faire cesser les dégradations. Le maire a donc choisi de prolonger la mesure jusqu'au dimanche 18 août.

Une demie compagnie de CRS déployée

Le maire de Chenôve se félicite de l'intervention d'une quarantaine de CRS à Chenôve. Devant la multiplication des actes de violences urbaines (voitures incendiées) à Chenôve et dans certains quartiers de Dijon, le maire demande que ces CRS restent pour "être plus dissuasifs" que la police locale. Thierry Falconnet demande de l'aide à l'État : "Je pose la question : faudra-t-il un mort pour que l'État prenne la mesure de la gravité de la situation". Le maire PS de Chenôve regrette également "le silence des parlementaires" pour relayer auprès du gouvernement le manque de moyens.