Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Faits divers – Justice

Cher : nouveau rebondissement dans l'affaire Thierry Dassas

lundi 20 juillet 2015 à 18:51 France Bleu Berry

Cet ancien médecin d'Argent-sur-Sauldre est mis en examen pour viols aggravés sur des patientes et pour avoir filmé à leur insu des consultations. A la demande des avocats de la défense, plusieurs actes de la procédure viennent d’être frappés de nullité par la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Bourges.

Thierry Dassas, médecin généraliste, est mis en examen et incarcéré pour viols aggravés.
Thierry Dassas, médecin généraliste, est mis en examen et incarcéré pour viols aggravés. © Maxppp

Thierry Dassas, un ancien médecin d'Argent-sur-Auldre est mis en examen pour viols aggravés sur des patientes et pour avoir filmé à leur insu des consultations . Une trentaine de femmes l'accusent de viols sous couvert d'examens gynécologiques. A la demande des avocats du médecin , en cette mi-juillet, plusieurs actes de la procédure viennent d'être frappés de nullité par la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Bourges . Il s'agit surtout d'actes rédigés après les perquisitions au cabinet de Thierry Dassas. Selon la chambre, ils ne sont pas conformes, et sont donc retirés du dossier. Plusieurs expertises médicales demandées par le juge d'instruction ont également été annulées, elles devaient déterminer avec précision combien de femmes avaient subi un viol. Le juge avait donc sollicité des experts pour donner un avis sur les déclarations des victimes présumées mais juridiquement, il n'a pas respecté le déroulement normal de la procédure.

Trois ou quatre mois de procédure supplémentaires 

Rien de catastrophique dans la décision de la chambre de l’instruction de la cour d’appel, juge Maitre Berthon, avocate de la partie civile, qui soutient la démarche du juge d'instruction . Ces démarches permettent à la défense de gagner du temps, trois ou quatre mois de procédure , mais les actes vont de nouveau être rédigés et les victimes présumées le savent. Ce genre d'instruction peut facilement durer un an et demi, il faut donc s'armer de patience. 

affaire Dassas SON