Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dans les rues de Strasbourg, ce mardi soir.

Attaque mortelle à Strasbourg : ce que l'on sait de la fusillade qui a fait au moins trois morts et 13 blessés

Faits divers – Justice

Cherbourg : 75 personnes au chômage technique et un énorme préjudice après l'incendie à l'ESAT

vendredi 2 novembre 2018 à 16:22 Par Anthony Raimbault, France Bleu Cotentin

Après l'incendie qui a ravagé jeudi 1er novembre un atelier de l'ESAT la Glacerie à Cherbourg-en-Cotentin, 75 personnes en situation de handicap se retrouvent au chômage technique pour plusieurs mois. Le montant des dégâts est très important.

75 travailleurs handicapés au chômage technique après l'incendie d'un atelier à l'ESAT la Glacerie
75 travailleurs handicapés au chômage technique après l'incendie d'un atelier à l'ESAT la Glacerie © Radio France - Anthony Raimbault

Les responsables de l'ESAT la Glacerie se sont réunis  vendredi en cellule de crise , au lendemain du spectaculaire incendie qui a complètement détruit un bâtiment  de 1.600 m². Sans surprise, ils ont dû se résigner à mettre au chômage technique les 75 travailleurs handicapés de l'atelier. 

"Pour les activités nécessitant beaucoup de machines, la broderie, la couture ou la menuiserie, il faudra attendre de pouvoir racheter le matériel" (Luc Gruson, directeur ESAT la Glacerie)

Un million d'euros de préjudice

Une quinzaine de personnes pourrait reprendre le travail "d'ici quelques jours" pour des activités ne nécessitant pas de grosses installations. Pour les 60 autres  travailleurs handicapés en revanche, le directeur du site prévoit un chômage technique jusqu'à la fin du mois de janvier au moins, le temps de racheter des machines. 

"On frôle le million d'euros de préjudice. Et c'est sans compter le maintien des salaires des travailleurs et la perte de chiffre d'affaires. Ce qui n'est pas chiffrable, c'est le traumatisme humain important pour les personnes qui travaillent sur le site. " (Luc Gruson, directeur ESAT la Glacerie)

On ignore toujours les causes de l'incendie. Le site doit être sécurisé pour permettre aux enquêteurs d'intervenir.