Faits divers – Justice

Chevaline : la garde à vue de l'ancien policier levée, pas de charge retenue

Par Guillaume Roulland, France Bleu Pays de Savoie vendredi 21 février 2014 à 9:17

Mairie de Menthon-Saint-Bernard, Haute-Savoie. Chevaline, Tuerie, suspect
Mairie de Menthon-Saint-Bernard, Haute-Savoie. Chevaline, Tuerie, suspect © Maxppp

L'ancien policier municipal placé en garde à vue dans le cadre de l'enquête sur la tuerie de Chevaline a été relâché ce vendredi matin, sans qu'aucune charge ne soit retenue contre lui. Les indices qui pouvaient faire de lui un suspect se sont finalement avérés peu solides. Il devrait toutefois être à nouveau placé en garde à vue, cette fois pour trafic d'armes.

La levée de la garde à vue de l'ancien policier municipal n'est pas une réelle surprise : mercredi, lors de sa conférence de presse, le procureur de la république d'Annecy, Éric Maillaud, avait laissé entendre déjà qu'une mise en examen n'était pas envisageable en l'état. Les enquêteurs ne disposaient pas, et ne semblent donc toujours pas, disposer d'éléments concrets permettant d'incriminer ce dernier.

Les indices invalidés un par un

Ce témoin – à défaut de parler de suspect – présente certes une forte ressemblance avec le portrait-robot diffusé à l'automne dernier. Mais c'est bien là le seul point sur lequel tout le monde a pu s'accorder.

Tous les autres indices se sont peu à peu dégonflés. Le casque de moto retrouvé chez lui ne correspond pas au casque du portrait-robot. Le bornage de son téléphone portable ne permet pas non plus de prouver qu'il était bien sur la scène de crime au moment même de la tuerie.

Une autre garde à vue pour trafic d'armes

Enfin, pendant trois jours et trois nuits, tout au long de sa garde à vue l'ancien policier n'a pas cessé de contester toute participation au quadruple meurtre. Jeudi soir, son avocat déclarait que la suite de son audition allait précisément porter sur les éléments les plus techniques, les questions de fond. Une nouvelle fois, cela n'a rien donné.La garde à vue est donc levée ce vendredi matin, soit 24 heures avant la date butoir, pour ce qui concerne l'enquête sur Chevaline. En revanche, une autre garde à vue commence concernant un trafic d'armes supposé dans lequel serait impliqué l'ancien policier.

Chevaline - avocat de l'ancien policier municipal

Partager sur :