Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Le mystère des chevaux mutilés

Chevaux mutilés : 153 enquêtes ouvertes en France, annonce Gérald Darmanin

-
Par , France Bleu

En déplacement dans l'Oise ce lundi, le ministre de l'Intérieur a annoncé que 153 enquêtes étaient ouvertes, "dans plus de la moitié des départements", pour des cas de chevaux retrouvés mutilés.

Des chevaux mutilés à Leschères, le 24 août 2020.
Des chevaux mutilés à Leschères, le 24 août 2020. © Maxppp - PHOTOPQR/LE PROGRES/MAXPPP

"Nous sommes extrêmement choqués par ces actes ignobles" : ce sont les mots de Gérald Darmanin, le ministre de l'Intérieur, en déplacement avec son confrère de l'Agriculture, Julien Denormandie, dans l'Oise, chez une éleveuse. Les membres du gouvernement ont également assisté à une réunion avec des propriétaires dont les chevaux ont été victimes de mutilations. D'après les chiffres du gouvernement, 153 enquêtes sont ouvertes en France pour des sévices sur des équidés, "dans plus de la moitié des départements".

Gérald Darmanin a précisé qu'une trentaine de faits étaient "particulièrement graves", des faits "qui ont entraîné la mort de chevaux ou des blessures extrêmement violentes". Le ministre a appelé les Français à se mobiliser, notamment ceux qui vivent dans le monde rural, "pour signaler tous les faits qui permettent d'arrêter les personnes qui commettent ces faits extrêmement graves". 

"Nous sommes ici mobilisés pour faire en sorte que cette crainte puisse disparaître le plus rapidement possible, que cette cruauté puisse cesser le plus rapidement possible et que in fine justice soit faite", a assuré pour sa part le ministre de l'Agriculture, Julien Denormandie.

Les éleveurs ne doivent "pas se faire justice eux-mêmes"

Gérald Darmanin a également appelé les propriétaires de chevaux à ne pas "se faire justice eux-mêmes". "Le drame dans le drame serait une personne prise par la peur qui ait envie de se venger", a ajouté le ministre.

En revanche, Gérald Darmanin n'a pas donné plus d'éléments sur l'homme interpellé ce lundi dans le Haut-Rhin, suspecté d'avoir attaqué des chevaux dans l'Yonne.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess