Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Le mystère des chevaux mutilés

Chevaux mutilés : enquête pour sévices graves ou actes de cruauté ouverte, cinq cas suspects dans le Loiret

-
Par , France Bleu Orléans

Une enquête pour sévices graves ou actes de cruauté envers un animal domestique a été ouverte indique la procureure de la République d'Orléans, et confiée à la brigade de recherches de la gendarmerie de Pithiviers. Elle regroupe tous les cas potentiels de mutilations de chevaux, cinq dans le Loiret.

Ces chevaux, à Losne
Ces chevaux, à Losne © Radio France - Thomas Nougaillon

"On serait possiblement sur cinq cas de mutilation de chevaux dans le Loiret en 2020, tous font l'objet d'une enquête de gendarmerie", indique Emmanuelle Bochenek-Puren, procureure de la République d'Orléans, interrogée ce mardi par France Bleu Orléans.

La procureure de la République précise que l'affaire est prise très au sérieux. L'ensemble de ces cas a été regroupé dans une même enquête, ouverte pour sévices graves ou actes de cruauté envers un animal domestique, et confiée à la bridage de recherches de la gendarmerie de Pithiviers.

Neuvy-en-Sullias, Bougy-lez-Neuville, Saint-Firmin-des-Bois

Emmanuelle Bochenek-Puren ne souhaite pas divulguer les lieux où ces cinq cas potentiels de mutilations de chevaux ont été recensés, mais  selon nos informations, en plus de Neuvy-en-Sullias, en mars 2020 (un poney a tué été égorgé et vidé de son sang), des cas ont été relevés  et font l'objet de l'enquête à Bougy-lez-Neuville (cela daterait du 2 septembre) et à Saint-Firmin-des-Bois, dans l'Est du département. Dans ces deux derniers cas, l'animal n'est pas mort mais a subi des blessures parfois graves.

Aucune interpellation n'a eu lieu, à ce stade. La gendarmerie du Loiret précise avoir reçu huit appels depuis l'été de la part de propriétaires de chevaux ou de centres équestres : à chaque fois, ils disaient avoir aperçu un ou des rôdeurs ou ressenti "quelque chose de bizarre ou inquiétant"  et ont appelé aussitôt le 17. Cela a systématiquement déclenché une intervention de la gendarmerie pour vérifications sur place.

Ne pas se faire justice soi-même"

La gendarmerie rappelle que le bon réflexe est de contacter le 17, et évidemment pas de "tenter de se faire justice soi même". "Le lien avec le monde équin a été renforcé", indique la gendarmerie du Loiret, qui est en train de mener une campagne de recensement de tous les sites dans le département afin de diagnostiquer le niveau de sécurité de chaque écurie ou centre équestre.

En France, 153 enquêtes pour des mutilations de chevaux ont été ouvertes au total, a fait savoir le ministère de l'intérieur lundi.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess